Les partis d’opposition ont regretté aujourd’hui que le gouvernement n’ait pas demandé l’avis de la Commission nationale de protection des données (CNPD) sur la nouvelle loi sur la vidéosurveillance et ont émis des réserves sur l’utilisation des données biométriques par la police.

Le secrétaire d’État adjoint à l’administration intérieure a présenté cet après-midi la proposition du gouvernement sur l’utilisation de systèmes de vidéosurveillance par les forces et services de sécurité, mais l’opposition a critiqué la nouvelle loi, à l’exception du CDS-PP et de Chega, qu’ils ont également présenté rédiger des recommandations sur l’utilisation des caméras par les policiers et dans les locaux de la police.

« Le CDS défend en partie ce que le gouvernement apporte maintenant ici depuis longtemps », a déclaré le député Telmo Correia, admettant qu’il existe des doutes à ce sujet, notamment sur l’utilisation des données biométriques, mais cela peut être discuté dans la spécialité. .

Aussi le député de Chega Diogo Pacheco Amorim a estimé qu' »enfin cette question fondamentale liée à la sécurité des agents est retenue », soulignant que « c’est la seule possibilité » qui existe de « clarifier s’il y a eu abus ou abus de la part des agents de sécurité ou non ». « .

Le député Cotrim Figueiredo, de l’Initiative libérale, a regretté que le parlement discute d’une question sans avoir demandé l’avis de la CNPD, soulevant des doutes sur les données biométriques.

« Nous sommes ici pressés de discuter d’un diplôme qui pourrait avoir d’énormes implications pour l’atteinte à la vie privée et aux libertés individuelles en échange d’une notion de sécurité qui, selon moi, est aussi immédiate que cela », a-t-il ajouté.

Pour Nelson Silva, du PAN, la proposition du gouvernement est un « vrai choc des droits » et « une opposition aux droits individuels contre les droits collectifs ».

Nelson Silva a demandé à l’exécutif s’il souhaitait « une société plus sûre en échange d’un droit moindre à la vie privée ».

A son tour, le député PSD Duarte Marques a estimé qu’il s’agit « d’une question trop importante pour ne pas être traitée avec la préparation, la dignité et l’information nécessaires » et a regretté que le gouvernement n’ait pas demandé l’avis de la CNPD, soulignant que « non il est possible de avoir une discussion approfondie » sans cette information.

« La vidéosurveillance peut être la meilleure amie de l’État de droit, à condition que les données soient fiables et sécurisées », a-t-il déclaré, soulignant les avantages de l’utilisation de caméras corporelles (« bodycams ») par les policiers, qui « peuvent être un véritable instrument, transparence, garantissant l’état de droit, le respect des droits de l’homme et garantissant que le recours à la force n’est utilisé que lorsqu’il est justifié et nécessaire ».

Le député PCP António Filipe a jugé le projet de loi du gouvernement « excessif » et a demandé au gouvernement « pourquoi n’a-t-il pas demandé l’avis de la CNPD lors de la préparation » du document.

« Cette proposition est connue dans l’opinion publique sous le nom de ‘bodycams’, mais cette proposition est bien plus que cela, car ce dont nous discutons ici est une généralisation de l’utilisation de la vidéosurveillance pour un immense ensemble d’objectifs », a-t-il déclaré.

S’exprimant contre cette nouvelle loi sur la vidéosurveillance, le député BE José Manuel Pureza a déclaré que les « bodycams » du policier ne montrent pas la réalité, mais seulement ce qui a été filmé d’une manière « si limitée et si hors contexte ».

Comme le député PSD, José Manuel Pureza a également attiré l’attention sur la résolution approuvée mardi par le Parlement européen qui met en garde contre les risques d’utiliser des données biométriques pour l’identification à distance des personnes.

La députée PS Isabel Oneto a estimé que cette loi « est nécessaire » et arrive « à point nommé » et a souligné que les entreprises privées, comme les centres commerciaux, les pharmacies et les discothèques, « filment et enregistrent et apparemment personne ne s’en soucie ».

En réponse, le secrétaire d’État a déclaré qu’il n’avait pas « délibérément demandé l’avis du CNPD » car il savait que le Parlement le ferait.

Antero Luís a rappelé qu’en 16 ans de vidéosurveillance, 17 systèmes ont été installés dans sept municipalités.

« On ne parle pas de grand frère national, il n’y a pas de massification ici », a-t-il déclaré.

La proposition qui réglemente l’utilisation de systèmes de surveillance par caméras vidéo par les forces et les services de sécurité prévoit l’expansion de l’utilisation de ces technologies par la police, à savoir l’utilisation de caméras en uniforme, les « bodycams », en plus de la visualisation et les données de traitement par un système de gestion analytique et la capture de données biométriques.

CMP // ZO

Le contenu de l’opposition déplore le manque d’avis de la CNPD sur la nouvelle loi sur la vidéosurveillance apparaît d’abord à Visão.