Selon la société de gestion des équipements et d’animation culturelle de la mairie de Lisbonne (EGEAC), qui promeut l’initiative, il y aura également « différentes propositions et quelques surprises dans ce programme qui porte cette année sur la littérature et la poésie d’auteurs tels que José Saramago et João Monge , fête les 200 ans de l’indépendance du Brésil avec la Philharmonie du Minas Gerais et redonne de la magie à Vale do Silêncio, avec un nouveau concert de l’Orchestre Gulbenkian ».

Le programme Lisboa na Rua de cette année s’ouvre avec le festival Solo Fest, qui propose deux nuits de performances intimes au Castelo de São Jorge, entre théâtre, danse et musique : le premier jour, l’acteur Miguel Sermão interprète « Por Ele », une comédie sur la vie conjugale, et la « chanteuse » Mafalda Veiga revisite certains de ses thèmes les plus connus, certaines versions de groupes tels que les Beatles ou David Bowie, et en présente d’autres inédites ; le 20, c’est au tour du spectacle de danse « Kodé Di Dona », avec Mano Preto, en hommage au poète, compositeur et historien capverdien, et du concert de la violoncelliste et chanteuse cubaine Ana Carla Maza.

Les derniers jours d’août seront remplis par les festivals Lisboa Mágica et Lisboa Soa.

Le premier festival rassemble 15 artistes et 158 ​​spectacles, répartis sur 10 lieux de la ville, tandis que le second, sous la devise de la réinvention, est divisé entre les Carpintarias de São Lázaro et le Museu de Lisboa – Teatro Romano, avec des installations, des performances et ateliers’.

Le 10 septembre, la musique classique revient à Vale do Silêncio, à Olivais, pour le spectacle musical « Uma Noite no Vale », avec l’Orchestre Gulbenkian, sous la direction du chef Diogo Costa, et avec la participation de solistes invités.

« Un grand spectacle » conçu pour ce parc verdoyant, dont le répertoire mêle la musique symphonique aux airs préférés de l’opéra, de l’opérette et du théâtre musical, par des compositeurs tels que Manuel de Falla, Jules Massenet, George Gershwin et Leonard Bernstein, auteur de la célèbre comédie musicale  » West Side Story », souligne EGEAC.

Les représentations de deux autres orchestres sont également prévues, dont le premier – Orquestra Filarmônica de Minas Gerais – célèbre le bicentenaire de l’indépendance du Brésil avec un concert qui aura lieu le 7, dans les jardins de Torre de Belém.

Le second est le Lisbon Poetry Orchestra, qui se produira le 17 septembre, au Castelo de São Jorge, avec leur dernière œuvre, intitulée « Os Surrealistas ».

Au Musée de Lisbonne – Palácio Pimenta, le 3, à partir de 21h00, un ciné-concert aura lieu avec le film de Manuel Luís Vieira « O Fauno das Montanhas » (1926), présenté dans une copie numérique restaurée par Cinemateca Portuguesa – Musée du Cinéma, accompagné en direct par l’Orchestre Métropolitain de Lisbonne.

Le 17, le même musée accueillera le spectacle « A Voz e a Alma », mettant en vedette le chanteur de fado Helder Moutinho et l’actrice Maria João Luís, qui chantent, récitent et interprètent la poésie de João Monge.

La littérature sera également à l’honneur dans cette Lisboa na Rua, à travers le roman « Memorial do Convento », de José Saramago, avec une libre adaptation théâtrale de Trigo Limpo – Teatro ACERT, intitulée « A Passarola », qui sera présentée le 3, à partir de 21h30, à Largo José Saramago, à Campo das Cebolas, à côté du siège de la Fondation du nom de l’écrivain, dont le centenaire de la naissance est célébré cette année.

Le 18, à 17h00, au Jardim do Palácio das Galveias, le spectacle « Mais de Cem Mil Dias » sera présenté en première, basé sur le livre audio du même titre d’Inês Pupo, avec des illustrations de Ricardo Machado et de la musique de Filipe Raposo et Gonçalo Pratas.

Comme lors des éditions précédentes, la danse reviendra dans les rues de Lisbonne, cette fois le dimanche après-midi, sous la devise « Dançar a Cidade ».

Cette initiative propose des cours de flamenco et de sevilhanas en plein air (à Quinta das Conchas), des danses tribales africaines (dans le jardin du Palácio das Galveias), de la samba et du forró (au parc urbain Moinhos de Santana) et de la salsa et du merengue (Largo José Saramago – Champ d’Oignons), toujours à partir de 17h00.

Selon l’EGEAC, il y aura également d’autres expressions artistiques, assidues dans ce programme, comme l’art vidéo, avec le festival FUSO, pendant cinq jours, dans divers lieux de la ville, et le cinéma, avec le projet « Cinema no Estendal », qui propose deux jours de sessions en plein air.

Toute la programmation de Lisboa na Rua est gratuite et disponible dès aujourd’hui sur culturanarua.pt.

AL // MAG