1-1-e1669908198824-png
20424499_wm-6631033-3345865-jpg

L’intention de reprivatiser la TAP « a déjà été signalée au marché » – Gouvernement

« Il y a une intention de la part du gouvernement d’ouvrir le capital de l’entreprise et cette intention a déjà été signalée au marché », a déclaré le ministre des Infrastructures et du Logement, Pedro Nuno Santos, lors d’une audition à l’Assemblée de la République, en réponse aux questions du député de l’Initiative libérale, Carlos Guimarães Pinto.

Plus tôt, le député avait demandé au ministre si des conversations avaient lieu avec des acheteurs potentiels de TAP, Pedro Nuno Santos répondant que « de la part du gouvernement, non ».

Carlos Guimarães Pinto a également demandé si le futur acquéreur de TAP bénéficiera d’une règle fiscale approuvée pour 2023, qui permet la déduction à l’avenir de « près de 4 milliards d’euros de pertes passées », ce qui, selon le député, permettra au l’acheteur à payer « beaucoup peu d’IRC au cours des 30 prochaines années ».

« C’est une norme qui a été votée au parlement, je ne sais pas si IL est contre, j’imagine qu’elle est pour, elle s’applique à toutes les entreprises », a répondu le ministre.

Concernant les conflits sociaux au sein de l’entreprise, dont les membres d’équipage ont récemment entamé une grève de deux jours, qui a entraîné l’annulation de 360 ​​vols, le ministre des Infrastructures a déclaré qu ‘ »il y a déjà des réunions prévues entre les syndicats et l’administration » pour que les négociations peut continuer, en rappelant toutefois qu’il existe des accords d’urgence signés, dans le cadre du plan de restructuration, « qui doivent être respectés ».

Concernant la fin du contrat avec White Airways et l’utilisation des contrats de services ACMI (acronyme anglais pour Airplane, Crew, Maintenance and Insurance) avec des compagnies étrangères, Pedro Nuno Santos a déclaré que ce « contrat a pris fin parce que TAP a compris qu’il n’était pas bon pour l’entreprise et trouvé une meilleure solution ».

« Il faut avoir une certaine confiance et ne pas tirer systématiquement sur une administration qui fait un travail très difficile pour sauver une compagnie aérienne qui était au sol », s’est défendu le responsable, rappelant que les résultats d’exploitation ont augmenté de 214% sur les neuf premiers mois de l’année, par rapport à la même période de 2019.

Expliquant que les 3 200 millions d’euros injectés dans la TAP n’étaient pas un prêt et, en ce sens, ne devaient pas être restitués, Pedro Nuno Santos a souligné que la compagnie aérienne « revient à l’État portugais de diverses manières », notamment avec la distribution de dividendes , à partir du moment où il commence à faire des bénéfices.

« Je parie ici que la TAP parvient à avoir un résultat net sur l’exercice avant 2025 », a parié le ministre, anticipant ainsi l’objectif fixé dans le plan de restructuration approuvé par la Commission européenne.

Enfin, concernant l’embauche d’Isabel Nicolau en tant que directrice de l’amélioration continue et de la durabilité de la compagnie aérienne, avec une relation personnelle étroite avec la présidente exécutive, Christine OUrmières-Widener, Pedro Nuno Santos a déclaré qu’il ne savait pas « qui est Isabel Nicolau » et a demandé le député d’IL si « vous voulez que le ministre s’immisce dans la gestion courante » de l’entreprise.

MPE // JNM

Articles récents