Le nouvel équipement est destiné à répondre à tous les besoins internes du Centre Hospitalier Universitaire Lisbonne Nord (CHULN) et également à soutenir d’autres unités à Lisbonne et Vale do Tejo et dans la région sud du pays.

Présent à la cérémonie d’inauguration de la nouvelle aile du Service de radiothérapie de Santa Maria, le ministre de la Santé a souligné que ces équipements sont un « avantage » pour les patients et un « très grand atout » pour le Service national de santé.

« Il y a plus de 40 000 traitements [por ano] dont 10 000 sont susceptibles d’être mis à disposition d’autres institutions qui travaillent en réseau avec le Centre hospitalier de Lisbonne Nord », a déclaré Marta Temido.

Le président du conseil d’administration du CHULN, Daniel Ferro, a déclaré à son tour que la nouvelle aile du service de radiothérapie signifie que le service « a non seulement plus de capacité, mais surtout plus de différenciation ».

« Le fait que nous revenions à la radiochirurgie, que nous ayons une unité de curiethérapie renouvelée et toutes les techniques qui sont désormais autorisées », permet, en plus de traiter plus de patients, de mieux les traiter.

Mais, pour Daniel Ferro, ce n’est pas un point d’arrivée, mais un point de départ, car le Service de Radiothérapie, qui a 30 ans, est dans un « processus qui a grand besoin de se renouveler », en référence à l’un des accélérateurs que l’hôpital dispose « il est déjà arrêté et les deux qui sont en fonctionnement, pour qu’ils ne s’arrêtent pas, ils doivent être renouvelés dans un court laps de temps ».

Daniel Ferro a toutefois précisé que CHULN est déjà en coordination avec les ARS de Lisbonne et de Vale do Tejo et avec le ministère de la Santé pour « faire un premier pas » concernant l’accélérateur au ralenti et « si possible essayer de le renouveler de manière qualitative et afin d’apporter de l’innovation », permettant à la radiothérapie d’être accompagnée en même temps par la résonance magnétique nucléaire ».

Il a également souligné que cet élargissement coïncide avec « un autre défi » qui est mis au service, qui est de pouvoir également disposer « du premier centre de responsabilité en radiothérapie ».

Enfin, il a souligné que l’équipe du Service de radiologie a un « potentiel technique » pour pouvoir doter le ministère de la Santé et le pays du « premier centre de radiothérapie protonique », le « plus haut » défi de la radiothérapie, qui permettra d’éviter que des centaines de patients soient traités à l’extérieur du pays comme c’est actuellement le cas.

A ce sujet, Marta Temido a indiqué que « la radiothérapie protonique » est prévue, mais a expliqué que pour réaliser l’investissement dont le pays a besoin dans ce domaine, il est nécessaire de « planifier » l’emplacement qui répondra le mieux à l’installation de cette riposte. .

« Il peut effectivement, comme l’ambition de ce centre hospitalier se veut, être ici, mais pour cela nous avons encore besoin d’une candidature qui va dans ce sens », a-t-il ajouté.

Marta Temido a souligné qu’en plus d’avoir des gens en attente, il y a actuellement un contexte de fonds à exécuter.

« Des fonds qui exigent qu’en plus de nos souhaits, en plus de nos plans, nous ayons également une grande capacité à le mettre en œuvre et le Centre hospitalier de Lisbonne Nord a montré cette capacité à le mettre en œuvre », a-t-il déclaré.

HN // JMR

Le contenu Hospital Santa Maria a inauguré aujourd’hui deux nouveaux accélérateurs linéaires apparaissent d’abord à Visão.