« Luminal Matter » est le titre de cette exposition collective qui était prévue en juillet 2020, sur des thèmes liés à la lumière, mais a finalement été reportée en raison des restrictions imposées par la pandémie de covid-19 l’année dernière, ouvrant désormais la ‘rentrée’ du musée .

L’exposition est organisée par Sérgio Mah, qui a conçu un voyage à travers les pratiques artistiques au Portugal, du milieu des années 1960 à nos jours, sélectionné 40 artistes qui explorent un large éventail de médias : peinture, dessin, sculpture, installation, photographie et vidéo.

« C’est un thème que j’ai toujours eu envie d’explorer car il est consubstantiel à l’histoire de l’art et à la pratique artistique en général, mais il m’a semblé qu’il serait très intéressant de le revisiter, et de faire un voyage à travers un groupe de d’importants artistes nationaux qui ont tracé une nouvelle voie, au Portugal, à partir du milieu des années 1960 », a expliqué le commissaire, contacté par l’agence Lusa.

Mah, qui avait été invité il y a des années par le Berardo Collection Museum pour présenter un projet, a profité de l’occasion pour montrer « des artistes qui sont des figures centrales de l’art portugais des dernières décennies, qui ont travaillé avec la lumière comme thème ou comme médium, en utilisant des technologie de l’image ».

Le conservateur a donné en exemple les artistes Lourdes Castro et Noronha da Costa, qui ont cherché de nouvelles voies pour la pratique artistique « et l’une des façons de découvrir ces voies était précisément d’utiliser la lumière de nouvelles manières », un thème qui continue d’inspirer l’art contemporain.

À propos des pièces inédites présentes dans l’exposition, Sérgio Mah a mis au défi certains artistes de créer de nouvelles œuvres, comme Francisco Tropa, Miguel Palma et João Maria Gusmão.

« L’art a également été inventé pour reproduire la fascination que les gens éprouvent pour les choses du monde, et l’une d’entre elles est la relation avec la lumière. Nous sommes fascinés par l’aube, le coucher du soleil, le clair de lune. Il y a une dimension enchanteresse qui est récurrente dans notre façon de traiter la lumière et les sources lumineuses », a-t-il souligné.

C’est cette « traversée des sens » que les visiteurs pourront découvrir dans « Matière Lumineuse » jusqu’au 9 janvier 2022.

Le public pourra retrouver, dans cette exposition collective, des figures centrales de l’art contemporain au Portugal, telles qu’Alexandre Estrela, Pedro Cabrita Reis, Ana Jotta, Eduardo Nery, Ângelo de Sousa, Diogo Evangelista, Fernando Brito, Gilberto Reis, Helena Almeida, João Maria Gusmão et Pedro Paiva, Fernando Calhau, João Paulo Feliciano et Jorge Martins.

Francisco Tropa, Jorge Molder, Julião Sarmento, Leonor Antunes, Lourdes Castro, Luís Noronha da Costa, Luísa Correia Pereira, Manuel Rosa, Miguel Palma, Jorge Pinheiro, José Luís Neto, Miguel Soares, Paulo Nozolino, Pedro Morais, René Bertholo, Rui Chafes, Sérgio Taborda, Silvestre Pestana, Vasco Lucena et Rui Toscano sont d’autres artistes représentés dans l’exposition.

Interrogé sur l’origine de la sélection, le conservateur a souligné qu’elle est variée et va bien au-delà de la Collection Berardo, avec des provenances de la Fondation Serralves, la Fondation Calouste Gulbenkian, entre autres, y compris des collections privées.

L’œuvre la plus ancienne de cette exposition date de 1965, « Ombre projetée d’Ana Castro — contour bleu », de Lourdes Castro, « œuvre paradigmatique d’une époque fertile en reformulations culturelles dans laquelle progresse un vaste horizon de métissages et d’hybridismes qui vont contaminer les pratiques artistiques. « , a souligné Mah.

L’exposition comprend un certain nombre d’œuvres qui utilisent un large éventail de matériaux et de dispositifs d’éclairage, tels que des lampes à incandescence, fluorescentes ou LED, des caissons lumineux, des bougies, des lampes et des projecteurs de lumière.

Soleil et feu, lumière, ciel et corps célestes, mais aussi nuit, ténèbres, noir et ombre, sont abondamment représentés et évoqués dans cette exposition.

AG // TDI

L’exposition de contenu «Materia Luminal» explore la «dimension enchanteresse» de la lumière chez 40 artistes, apparue pour la première fois à Visão.