«Nous comprenons qu'en ce moment où nous sommes tous couverts de visages, en cette période de pandémie, il était temps de regarder et d'affronter les visages qui ont construit une histoire déjà centenaire», a déclaré le commissaire de l'exposition, Marco Daniel Duarte.

Marco Daniel Duarte a dit que certains de ces visages sont connus, comme les papes.

"Mais nous découvrirons aussi les pèlerins anonymes, ceux qui laissent leur portrait ici, les ex-vœux photographiques qui rythmeront toute l'exposition, et qui, en fait, nous amèneront à regarder le pèlerin comme un protagoniste de ce lieu", est allé de l'avant.

L'exposition s'ouvre avec les «protagonistes de la première heure» de Fátima, les visionnaires Francisco, Jacinta et Lúcia, suivis des visages qui ont transporté l'histoire et le message de Fátima dans d'autres géographies.

Ce noyau comprend, par exemple, le journaliste de O Século Avelino de Almeida, qui, en octobre 1917, écrivit «Como o Sol baile em Fátima», Maria Teresa Pereira da Cunha et Maria Teresa Vilas Boas, conduisant les pèlerinages du pèlerin Image , dont le premier est illuminé sur une grande carte, ou le Pape Jean-Paul II, qui a erré trois fois au sanctuaire.

«Il y a un avant et un après Fatima» avec Jean-Paul II, a souligné Marco Daniel Duarte.

Dans un autre espace, le visiteur est invité à rencontrer les visages des évêques du diocèse et des recteurs du sanctuaire qui ont administré l'espace et l'ont préparé à recevoir les foules, suivis par les visages des critiques et des opposants de Fátima, comme Tomaz da Fonseca ou João Ilharco .

"Ce sont des auteurs qui se sont efforcés de détruire l'image de Fatima et comment Fatima pourrait être démantelée", a expliqué Marco Daniel Duarte, également directeur du Département des études et du Musée du Sanctuaire de Fátima.

À la suite de la destruction de Fátima, l'image de la dynamitée Capelinha das Apariç dynames apparaît en mars 1922, précédée d'un fragment de la porte à l'époque.

Des visages de chercheurs et d'érudits du phénomène de Fatima, tels que le chanoine Manuel Nunes Formigão ou le cardinal Joseph Ratzinger, actuel pape émérite Benoît XVI, apparaissent dans le noyau suivant, qui précède l'espace dédié aux poètes, lettrés et artistes, avec le nom de 118 artistes travaillant à Fátima, de l'architecture à la sculpture, de la peinture aux bijoux ou au design.

«L'art à Fátima est aussi un visage», a souligné Marco Daniel Duarte.

La première partie de l'exposition est complétée par les visages de pèlerins, sur huit grandes toiles, "regardant des objets que" les pèlerins les plus bruyants ", les papes Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI et Francisco, ont offert à Fatima.

Marco Daniel Duarte a ajouté que la deuxième partie de l'exposition, «beaucoup plus contemplative», cherche à «montrer les visages de Fatima à un niveau spirituel, à partir duquel est le Dieu qui est présenté à Fatima», et «l'Ange, qui il apparaît comme celui qui vient avertir quand l'humanité s'écarte du chemin qui mène à être l'humanité », et regarder quel est le visage des pèlerins à Fatima.

«C'est, en fait, une réflexion sur ce qu'est la condition humaine, comment nous sommes nés, comment nous marchons, ce que nous mangeons, comment nous nous soucions les uns des autres dans la fragilité, dans la maladie, comment nous affrontons notre mort» , exemplifié.

Enfin, le visage de Marie à Fatima, en forme de cœur, avec la couronne de Notre-Dame de Fatima qui se détache, dans laquelle est incrustée la balle qui a frappé Jean-Paul II, le 13 mai 1981, à Rome.

"Et tout cela est alors reproché à une ligne conductrice qui rejoindra tous ces fils, tous ces visages, et qui à la fin nous conduira à une grande légende", faite avec les mots de la dernière encyclique du Pape François, a-t-il ajouté le commissaire.

«Après la crise sanitaire, (…) j'espère que la souffrance n'est pas inutile, mais nous avons fait un saut dans un nouveau mode de vie et découvrons, enfin, que nous avons besoin et sommes débiteurs les uns envers les autres, pour que l'humanité puisse renaître avec tous les visages , toutes les mains et toutes les voix, libres des frontières que nous créons », lit-on dans l'extrait de l'encyclique« Fratelli Tutti », à la fin de l'exposition.

L'exposition «Les visages de Fatima: physionomies d'un paysage spirituel» sera ouverte au public tous les jours jusqu'au 15 octobre 2022, de 9h00 à 18h00, au Convivium de Santo Agostinho, dans la Basilique de la Sainte Trinité.

SR // SSS

Le contenu L'exposition au sanctuaire montre l'histoire de Fatima racontée de leurs visages apparaît d'abord à Visão.