Les véhicules électriques ne bénéficieront toujours pas de réductions sur les anciens péages SCUT, qui entrent en vigueur jeudi, en raison de problèmes techniques, selon une résolution du gouvernement publiée aujourd’hui dans Diário da República.

La mesure, qui a été approuvée il y a environ deux semaines par le gouvernement, institue une réduction de 50 % de la valeur des frais de péage pour les véhicules à combustion et de 75 % pour les véhicules électriques et non polluants à chaque passage sur les sections des anciennes routes. à l’utilisateur (SCUT).

En cause sont les A22-Algarve (Via do Infante), A23 – IP, A23 – Beira Interior, A24 – Interior Norte, A25 – Beiras Litoral et Alta, A28 – Norte Litoral, Grande Porto Concessions (A41, A42) et da Silver Côte.

Cependant, selon la résolution publiée aujourd’hui dans Diário da República, ces remises, qui entrent en vigueur jeudi, ne couvrent pour l’instant que les véhicules à combustion (diesel et essence).

« […] La mise en œuvre du régime de remise prévu pour les véhicules électriques et non polluants impliquera l’adoption d’un ensemble important de mesures techniques opérationnelles empêchant l’entrée en vigueur de la mesure au 1er juillet 2021, dont la réglementation sera mise en œuvre en temps voulu par un ordonnance », peut-on lire dans le texte de la résolution.

La mesure, proposée par le PSD, a été approuvée par le parlement en vertu de la loi de finances de l’État pour 2021.

L’approbation de la mesure a suscité une certaine controverse, le gouvernement soulignant son éventuelle inconstitutionnalité, qui a été rejetée.

Malgré l’opposition, le 19 mai, le ministre de la Cohésion territoriale s’est engagé, devant le Parlement, à se conformer à la loi de finances de l’État pour 2021 concernant une réduction de 50 % des péages dans l’ex-SCUT à compter du 1er juillet de cette année.

La ministre a souligné qu’elle a toujours été « une partisane de la réduction des péages », mais progressivement, « car les impacts sont élevés ».

Ana Abrunhosa a ensuite souligné que la réduction de 50 % des péages dans l’ex-SCUT « implique également des questions contractuelles complexes » avec les concessions et sous-concessions, avec lesquelles il faut « négocier des équilibres financiers », considérant qu’une grande partie des concessions se termine en 2023.

Le gouvernement a estimé un impact de 160 millions d’euros par an en raison de cette réduction des péages.

Quant aux réductions actuellement en vigueur, à l’initiative du Gouvernement, depuis le 11 janvier dernier, elles prévoient des réductions comprises entre 25 % et 55 %, selon la classe de véhicule et la période de jour ou de nuit, et ont eu un impact sur la infrastructures du Portugal (IP) de plus de 2,6 millions d’euros.

Fin mai, la Plateforme de Remplacement des SCUT A23 et A25 a déclaré que, même si cette remise entre en vigueur, elle maintiendra le combat pour la suppression des péages et a défendu la nécessité de faire plus de démarches sur le chemin de « réductions progressives », jusqu’à la suppression totale des paiements.