Le nombre de travailleurs en ‘licenciement’ traditionnel, régime prévu par le Code du travail, a augmenté de 57,9% en juillet par rapport à juin, à 13 482, révèlent les statistiques mensuelles de la Sécurité sociale publiées ce jour.

Selon le tableau publié sur le site de la Sécurité sociale, le nombre est le plus élevé depuis le début, en 2006.

L’augmentation est due à la croissance des indemnités de licenciement au titre du Code du travail associées à la modalité d’horaire réduit, qui ont plus que doublé de juin à juillet, passant de 4 211 travailleurs couverts à 10 878.

Comme il l’explique, dans la synthèse statistique, le Bureau de la stratégie et de la planification (GEP) du ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, en juillet « de nombreux communiqués se rapportant aux mois précédents » ont été vérifiés.

À leur tour, les échéances de « licenciement » résultant de la suspension temporaire du contrat ont diminué de 39,8 % d’un mois à l’autre, couvrant 2 604 travailleurs (moins 1 721) en juillet.

Ces prestations ont été traitées pour 200 employeurs, soit 44 de moins que le mois précédent.

Il y a un an, en juillet 2020, 3 108 travailleurs étaient en « licenciement » traditionnel, dont 2 328 avec suspension temporaire de contrat et 780 avec réduction du temps de travail et 181 entreprises concernées.

L’information publiée aujourd’hui révèle également des données sur les rémunérations déclarées à la Sécurité sociale et les cotisations, faisant en l’occurrence référence au mois de juin.

Le nombre de personnes physiques déclarées cotisées à la Sécurité sociale était ainsi de 283 077 travailleurs indépendants et 3 699 823 travailleurs salariés en juin.

Par rapport au mois précédent, il y a eu 95 559 cotisations déclarées de moins des travailleurs indépendants et 123 260 rémunérations déclarées de moins par rapport à la même période de l’année précédente.

Du côté des travailleurs salariés, on note une augmentation mensuelle de 38 892 salaires déclarés (1,1 %) et une augmentation annuelle de 112 890 salaires déclarés (3,1 %).

La valeur moyenne mensuelle des indemnités déclarées par les employeurs pour les travailleurs dépendants était de 1 493,43 euros en juin, soit une augmentation mensuelle de 22,6 % et de 5,5 % sur un an, justifiée par « le versement de l’indemnité de vacances », selon le GEP.

DF // EA

Le contenu Les travailleurs licenciés traditionnels augmentent de 57,9 % de juin à juillet apparaît en premier dans Vision.