A 10h35, les travailleurs, leurs familles et les membres des syndicats représentatifs se sont rassemblés à Largo de Santos, à Lisbonne, en direction de la résidence officielle du Premier ministre, au son de sifflets, de klaxons et de slogans, tels que « Costa, écoute, les verriers se battent ».

Une délégation représentative des travailleurs et des syndicats a finalement été reçue à la résidence officielle, mais la réunion, qui a duré quelques minutes, n’a pas été suivie par António Costa.

« Nous n’avons pas été reçus par celui qui a demandé l’audience, qui était le Premier ministre. Nous n’avons même pas été reçus par un conseiller ou un chef de cabinet. Nous avons conclu que ce gouvernement parle, mais quand il est temps de se présenter, il n’est pas présent », a déploré la coordinatrice de la Fédération portugaise des syndicats de la construction, de la céramique et du verre (FEVICCOM), Fátima Messias, dans des déclarations à Lusa.

Selon le directeur, les travailleurs « ne manqueront pas d’enregistrer cette attitude », promettant d’aller de l’avant avec de nouvelles formes de lutte pour défendre l’entreprise et les emplois.

Les travailleurs se concentrent quotidiennement à l’usine de Santa Iria, depuis environ un mois, pour la défense de l’emploi et se sont également présentés devant les ministères du Travail et de l’Économie.

La FEVICCOM a rencontré, lundi, au ministère du Travail, les secrétaires d’État à l’Emploi et adjoint du ministre de l’Économie pour discuter de cette situation.

Lors de la quatrième réunion pour discuter du licenciement collectif chez Saint-Gobain, vendredi, l’entreprise a présenté des propositions de relocalisation à une centaine de salariés et revalorisé leurs indemnités, mais a rappelé l’irréversibilité de la décision de fermer l’activité productive. Santa Iria.

Au Portugal, le Groupe Saint-Gobain emploie environ 800 salariés répartis dans 11 sociétés et huit usines, pour un chiffre d’affaires total correspondant à 180 millions d’euros.

Le processus de négociation dans le cadre du licenciement collectif chez Saint-Gobain Sekurit Portugal se poursuit mardi.

La décision de fermer l’activité productive de l’entreprise et le licenciement collectif consécutif de 130 travailleurs ont été annoncés le 24 août.

PE (RRA) // JNM

Le contenu des salariés de Saint-Gobain critique le gouvernement et promettent d’intensifier la lutte apparaît d’abord dans Vision.