Le documentaire s’intitule « Où est cette rue ? Ou sans avant ni après » et sera présenté en août au Festival du film de Locarno (Suisse), où il y a près de 60 ans, Paulo Rocha a montré « Os Verdes Anos » (1963), avec Isabel Ruth et Rui Gomes et considéré comme l’un des films fondateurs du cinéma portugais Novo.

Le film, une histoire d’amour tragique entre Ilda et Júlio, deux jeunes récemment arrivés à Lisbonne, a été tourné dans plusieurs endroits de la capitale, notamment dans le quartier d’Alvalade, où Paulo Rocha a vécu et où vivent João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra. .de Mata.

« Où est cette rue ? Ou Sem Antes ni Antes » a été tourné sur pellicule entre 2019 et 2021 et révèle les mêmes lieux, les mêmes plans, les mêmes mouvements de caméra que dans le film de Paulo Rocha, mais sans la narration, sans les acteurs, sans les dialogues et avec un nouveau regard sur le paysage visuel urbain de Lisbonne et sur certains espaces intérieurs.

« L’idée du film n’est pas du tout revivaliste. C’est vraiment voir Lisbonne avec les yeux que, peut-être, le cinéma portugais ne voit pas habituellement, de la même manière que le cinéma portugais n’avait jamais vu Lisbonne avec les yeux de Paulo Rocha », a déclaré Guerra da Mata à l’agence Lusa.

L’interview des deux directeurs de l’agence Lusa a eu lieu au Café Vavá, aujourd’hui l’un des établissements commerciaux de Lisbonne qui porte le sceau « Lojas com História », et qui a été l’un des scénarios de « Os Verdes Anos ».

Dans les environs de ce café, il est possible de retracer une partie de la géographie de « Os Verdes Anos », que João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra da Mata ont filmé, sur les traces de Paulo Rocha : la fenêtre d’un garage, près de l’étage, où travaillait le cordonnier, le hall d’entrée habillé de bois d’un immeuble, plusieurs escaliers et, plus loin, le vaste champ, où il y avait du blé, des oliviers, un ruisseau et où se trouvent aujourd’hui une autoroute, des bâtiments et le Parc Bela Vista, Rocher à Rio Lisbonne.

João Pedro Rodrigues se souvient qu’une des scènes de « Os Verdes Anos » a été tournée à côté de l’immeuble où il habite, dans un appartement hérité de ses grands-parents : « Quand j’ai découvert qu’un des ‘décors’ du film de Paulo Rocha était sous ma fenêtre, je regarde un endroit que j’ai vu au cinéma. Les lieux acquièrent des auras.

Le réalisateur, qui a également commencé à tourner dans ce quartier, se souvient de Paulo Rocha – son professeur à l’Escola de Cinema – disant qu’il était inspiré « par les lieux et les mystères que les lieux contenaient et qu’il a en quelque sorte tenté de percer en filmant ».

« Il disait souvent que les fictions et les histoires viennent aussi des lieux. Comme si les lieux, lorsqu’ils étaient filmés, racontaient des histoires qui s’y cachaient », a déclaré João Pedro Rodrigues.

« Où est cette rue ? Ou Sans Avant ni Après » termineront d’autres récits, qu’il appartiendra aux spectateurs de décrypter, sur les transformations de l’espace urbain, la spéculation immobilière, les loisirs, le tourisme ou encore sur le rapport social entre les personnes.

Le documentaire inclut également une nouvelle réalité, présente dans le quotidien filmé : la pandémie de covid-19.

« On a toujours pensé que le film devait se faire en morceaux et entre-temps la pandémie est arrivée, le premier confinement, on nous a empêché de tourner, on s’est adapté aux moments où on nous a permis de filmer. D’une manière ou d’une autre, le covid a infecté le film, mais nous n’avons jamais pensé que le film serait un portrait de Lisbonne sur la pandémie. Le film est devenu autre chose et nous ne pouvions pas prétendre qu’il n’y avait pas de pandémie. C’était stupide », a déclaré João Pedro Rodrigues.

Avant le tournage, les deux cinéastes ont interviewé toutes les personnes qui ont participé au film, ils ont eu un long processus de recherche, d ‘«archéologie urbaine», à la recherche de tous les endroits exacts où Paulo Rocha a filmé, reconnaissant des paysages, des bâtiments, des sculptures, des espaces intérieurs et monuments, ayant réussi à les identifier pratiquement tous, à l’exception d’un panneau de tuiles, dans l’accès aux escaliers d’un immeuble alors en construction.

« J’aimerais que les gens qui voient ce film soient curieux de voir ‘Les années vertes’. Je n’aimais pas que les gens viennent voir notre film à cause de ‘The Green Years’. Je n’ai pas aimé qu’il faille avoir vu « Les années vertes » pour voir ce film. J’aimerais que ce soit une réflexion sur cette ville dans la période que nous avons traversée. Que c’était un portrait de Lisbonne, plus qu’un ‘remake’ », a souligné João Rui Guerra da Mata.

« Où est cette rue ? Ou Sans Avant ni Après » est un film sans acteurs, à l’exception d’Isabel Ruth, aujourd’hui âgée de 82 ans, qui participe à deux moments du documentaire, tous deux chantant des chansons écrites par elle.

Le film « est un hommage à Isabel Ruth. (…) Il y a une fin complètement inventée qui part de la même idée que Paulo Rocha. La fin de Paulo se termine dans une impasse et nous avons fait le contraire », a déclaré João Pedro Rodrigues.

« Où est cette rue ? Ou Sem Antes nor Antes » sera présenté en première à Locarno – le festival commence le mercredi 3 août – et devrait arriver dans les salles portugaises en 2023, lors de la célébration du 60e anniversaire de la première de « Os Verdes Anos ».

SS // GAM