L’Association nationale des propriétaires (ANP) a reçu des cas de propriétaires qui n’ont pas reçu ou reçoivent par mensualités le montant du loyer et d’autres dans lesquels le locataire (non-logement) n’a pas payé le loyer mais a versé la retenue à la source respective. .à l’Autorité fiscale et douanière (AT), les propriétaires ayant exprimé des doutes sur la manière dont ils devraient émettre les reçus et remplir la déclaration de l’IRS, comme l’a déclaré le président de l’association, António Frias Marques, à Lusa.

La loi prévoit que, dans le cas d’un locataire non-logement à comptabilité organisée (indépendant ou entreprise), ce dernier est tenu de retenir les revenus de l’IRS au taux de 25%, en délivrant le montant restant (75% ) au propriétaire.

En réponse à Lusa sur la façon dont les propriétaires qui se trouvent dans cette situation devraient procéder, c’est-à-dire quelle valeur ils devraient inclure dans leur déclaration IRS, la source officielle du ministère des Finances a souligné que, pour utiliser le modèle 3 de déclaration de résultat auquel les détenteurs de revenus déclarent annuellement ces revenus à l’État aux fins de l’imposition en vertu de l’IRS, «si le propriétaire n’a pas effectivement perçu un loyer, il ne peut ni ne doit déclarer ce qu’il n’a ni reçu ni n’a».

En d’autres termes, détaille la même source officielle, « les bailleurs, personnes physiques, doivent déclarer dans le modèle 3 les valeurs des loyers qui leur ont été effectivement payés ou mis à leur disposition », ajoutant que, en raison des sommes gagnées, le bailleur  » a l’obligation d’émettre le reçu de revenu électronique correspondant ou de remettre le modèle de compte de résultat annuel 44.

Un autre des problèmes signalés par António Frias Marques a trait à la difficulté pour les propriétaires de s’assurer que la retenue à la source a été effectuée et de prouver qu’ayant été, le reste du loyer ne leur a pas été payé.

Au vu de cette situation, l’ANP a conseillé aux bailleurs de demander à l’Autorité fiscale et douanière (AT) un certificat des fonds effectivement remis par le locataire à titre de retenue à la source et de vérifier les valeurs, en promettant à l’association de prendre des mesures les cas dans lesquels il est confirmé que la rétention a été livrée mais n’a pas été accompagnée du paiement du loyer.

AT comprend la préoccupation des propriétaires, dans la mesure où «il est toujours difficile de prouver un fait négatif – ne pas avoir perçu les loyers contractés -», mais souligne que «cela peut être surmonté par tout moyen de preuve admis par la loi, à savoir la déclaration de le locataire confirmant qu’il n’a pas payé le loyer du montant en question ».

Même ainsi, ajoute la même source officielle, si le bailleur n’a pas délivré de récépissé ou n’a pas déclaré dans le modèle 44 les montants non reçus, la non-conformité ne devrait pas être détectée dans la procédure de contrôle des déclarations et des règlements IRS.

Pour l’avocat António Gaspar Schwalbach, associé chez SLCM, l’une des solutions possibles est que les propriétaires s’exposent au service financier pour comprendre si la retenue à la source a été faite et comment ils doivent procéder par rapport au modèle 3 de l’IRS, en indiquant que le réponse, il doit être donné à temps pour que la déclaration annuelle de l’IRS soit livrée à temps.

« En l’absence de réponse, ils ne devraient pas déclarer de tels revenus », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la manière dont le reçu de loyer doit être émis lorsqu’il est payé de manière échelonnée ou n’a pas été payé, le ministère des Finances souligne qu’il ne devrait être délivré que lorsque le propriétaire « reçoit ou fait payer le loyer » et pour le « montant qui est effectivement payé ou mis à disposition », soulignant que la valeur du reçu émis« ne doit pas nécessairement correspondre à la valeur du contrat » [de arrendamento].

António Frias Marques souligne, cependant, que l’émission de reçus via le Portail des Finances ne prévoit que les formes de «Dépôt», «Avance» ou «Revenu» et que, dans le cas où le revenu est versé «à la bouche», il n’est pas possible d’émettre plus d’un reçu pour le même mois.

L’option pour la version « Advance » mérite également des réserves car, dit-il, « payer le loyer au bain de bouche n’est pas une avance, c’est un » retard «  », ce qui a conduit l’ANP à recommander aux propriétaires de délivrer un provisoire reçu papier, de décharge, pour attester le montant effectivement payé.

LT // CSJ