La plupart des incendies ruraux enregistrés cette année ont été causés par l’utilisation négligente du feu, comme le brûlage ou le brûlage, et les incendies criminels, a indiqué aujourd’hui l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF).

Le cinquième rapport intermédiaire sur les incendies en milieu rural publié cette année par l’ICNF, pour la période du 1er janvier au 31 août, indique qu’à ce jour, les causes les plus fréquentes en 2021 sont l’utilisation négligente du feu (51%) et les incendies criminels – attribuables (21 %).

Selon le rapport, en cas d’utilisation négligente du feu, le brûlage de restes forestiers ou agricoles (22%), le brûlage de tas de restes forestiers ou agricoles (11%) et les incendies pour la gestion des pâturages pour le bétail (15%) sont les raisons les plus pertinentes.

L’ICNF rapporte également que le rallumage représente 5% du total des causes déterminées, en valeur inférieure par rapport à la moyenne des 10 années précédentes, qui est de 16%.

Le document souligne qu’à ce jour, il a été permis d’attribuer une cause à 69 % des incendies enquêtés cette année.

Le dernier rapport de l’ICNF indique qu’entre le 1er janvier et le 31 août 2021, un total de 6 672 incendies ruraux ont entraîné 25 961 hectares de superficie brûlée.

« En comparant les chiffres de l’année 2021 avec l’historique des 10 années précédentes, on constate qu’il y a eu 47 % de feux ruraux en moins et 68 % de superficie brûlée en moins par rapport à la moyenne annuelle de la période », lit-on dans le document, soulignant que 2021 présente, jusqu’au 31 août, « la valeur la plus faible du nombre d’incendies et la deuxième valeur la plus faible de superficie brûlée, depuis 2011 ».

Selon le rapport, jusqu’au 31 août, 30 « incendies majeurs » avaient éclaté, avec une superficie totale brûlée égale ou supérieure à 100 hectares, ce qui a entraîné 14 660 hectares de superficie brûlée, soit environ 56% du total.

L’incendie qui s’est déclaré le 16 août dans la municipalité de Castro Marim, district de Faro, a consumé la superficie la plus brûlée, totalisant 6 679 hectares.

L’ICNF indique également que les quartiers avec le plus grand nombre d’incendies cette année sont Porto (1 106), Braga (612) et Lisbonne (551), tandis que le quartier le plus touché en termes de superficie brûlée est Faro, avec 9 186 hectares, soit environ 35% de la superficie totale brûlée à ce jour, suivie de Vila Real avec 3 785 hectares (15 % du total) et de Braga avec 2 069 hectares (8 % du total).

Dans une liste menée par Santa Maria da Feira, Montalegre et Paredes, les municipalités avec le plus grand nombre d’incendies sont situées presque toutes au nord du Tage, et se caractérisent par une forte densité de population, la présence de grandes agglomérations urbaines ou l’utilisation traditionnelle du feu dans gestion agroforestière, ces vingt communes représentent 27 % du nombre total d’occurrences et 17 % de la superficie totale brûlée.

Le même document souligne que la zone brûlée dans les 20 communes les plus touchées représente 66% de la superficie totale, avec la commune de Montalegre qui se démarque, associée au plus grand nombre d’occurrences en 2021, avec les communes de Tavira, Vila Real de Santo António et Castro Marim, liés à l’occurrence la plus élevée en 2021.

L’ICNF souligne également qu’août a été le mois avec le plus grand nombre d’incendies en milieu rural, avec un total de 1 714 incendies, ce qui correspond à 26% du nombre total enregistré cette année. le total.

CMP // JMR

Le contenu Les principales causes des incendies en milieu rural cette année sont l’utilisation négligente et les incendies criminels apparaissent en premier dans Vision.