Les prêts hypothécaires ont enregistré la plus forte croissance en 2021 depuis 2017, avec une augmentation du montant accordé de 37 % et du nombre de contrats signés de 29 %, annonce aujourd’hui la Banque du Portugal (BdP).

« En 2021, la croissance des contrats de crédit logement conclus et des montants accordés a été la plus prononcée depuis 2017 », lit-on dans le ‘Rapport de suivi des marchés du crédit bancaire 2021’, selon lequel, « en moyenne, 9.720 contrats de crédit logement ont été signés par mois ». , d’un montant de 1 230,4 millions d’euros ».

Selon la banque centrale, « en 2020 le marché du crédit immobilier n’avait pas été particulièrement impacté par la pandémie de covid-19, le montant des crédits accordés ayant légèrement augmenté par rapport à l’année précédente. Cependant, la croissance observée en 2021 est la plus forte depuis 2017 ».

L’an dernier, le montant moyen par contrat de prêt immobilier était de 126 580 euros, contre 119 408 euros en 2020.

La BdP note que le montant des prêts hypothécaires accordés en 2021 « a dépassé les valeurs de 2020 sur tous les trimestres de l’année », en mettant l’accent sur les croissances de 62,2% et 43,1% observées, respectivement, aux deuxième et troisième trimestres de l’année. troisième trimestre 2021, « résultat des effets de la pandémie de covid-19 sur les mêmes périodes de 2020 ».

Selon les informations communiquées par les institutions à la Centrale des responsabilités de crédit de la Banco de Portugal, en 2021, les intermédiaires de crédit étaient chargés de commercialiser 16,1 % du montant total des prêts hypothécaires accordés, contre 12,9 % en 2020.

Si le nombre de contrats en portefeuille des établissements est resté relativement stable, l’encours a augmenté : A fin 2021, les établissements avaient 1,43 million de contrats de crédit immobilier en portefeuille (0,9% de moins qu’en 2020), ce qui correspondait à un encours de 101 300 millions d’euros (12,4 % de plus).

En 2021, la durée moyenne a diminué dans les nouveaux contrats, mais augmenté dans les contrats en portefeuille.

Ainsi, les nouveaux contrats de crédit logement avaient, en moyenne, une durée de 32,9 ans, contre 33,1 ans en 2020.

Les contrats en portefeuille à la fin de l’année avaient une durée moyenne de 33,5 ans, supérieure à la durée à fin 2020 (33,3 ans), ce qui, selon la BdP, « peut être lié au régime moratoire de la fonction publique, qui s’est accompagnée d’une augmentation de la maturité des contrats ».

Le taux variable a « renforcé son importance », représentant environ 85% des nouveaux contrats signés l’an dernier, une proportion supérieure à celle de 2020 (82,5%). En revanche, l’importance du taux mixte (de 11,9 % de nouveaux contrats en 2020 à 10 % en 2021) et du taux fixe (de 5,6 % en 2020 à 5,1 % en 2021) a diminué.

La propagation’ [margem de lucro dos bancos] La moyenne des nouveaux contrats à taux variable « est restée relativement stable », après les baisses constatées depuis 2015, les nouveaux contrats indexés sur l’Euribor à 3, 6 ou 12 mois présentant un spread moyen de 1,14 point de pourcentage, « relativement proche de la moyenne ». répartition des contrats signés en 2020 (1,19) ».

En 2021, le nombre de remboursements anticipés et le montant remboursé ont augmenté d’environ 30 %, le nombre de renégociations augmentant de 36 % et le montant renégocié augmentant de 24 %.

« La hausse de 36% des renégociations était bien plus élevée qu’en 2020 et s’est produite dans un contexte de cessation du régime du moratoire public, qui a eu lieu en septembre 2021 pour la plupart des contrats », précise le BdP.

Selon la banque centrale, « les emprunteurs n’étaient pas en défaut dans la plupart des contrats renégociés (88,8%) ».

PD // CSJ