Le gouvernement portugais a réagi sans honte à la nouvelle selon laquelle 10 pays de l'UE ont imposé de strictes restrictions de voyage aux ressortissants qui tentent d'y entrer.

L'essentiel, c'est que le Portugal «se réserve le droit d'appliquer le principe de réciprocité».

En d'autres termes, les étrangers des 10 peuvent trouver qu'ils ne sont pas les bienvenus ici non plus.

Pour l'instant, les restrictions sont «totales» en ce qui concerne le Danemark, l'Autriche, Chypre, la Slovaquie, la Lettonie, la Lituanie, la Grèce et la République tchèque. Les huit nations ne veulent pas que les visiteurs portugais soient à bout portant.

La Bulgarie et l'Estonie accepteront des visiteurs portugais, mais seulement s'ils acceptent une quarantaine de deux semaines.

Selon le gouvernement, les décisions ont été prises sur la base des infections pour 100 000 habitants, ce qui, selon lui, n'a pas beaucoup de sens.

Explique le ministre des Affaires étrangères António Santos Silva, le Portugal continue de réaliser "beaucoup plus de tests que la majorité" des États membres de l'UE, ce qui "augmente naturellement le nombre de cas détectés".

Mais en tant que pays confronté au virus, le Portugal a déjà été largement salué.

Autrement dit, il a été transparent, affichant régulièrement des informations à jour sur l’évolution de la pandémie dans le pays ». Le gouvernement n’est donc pas du tout ravi des interdictions de voyager en vigueur.

La réouverture des frontières "aurait un effet positif sur la mobilité" alors que les "restrictions" actuelles limitent cette mobilité et "sont en conflit flagrant avec l'esprit de solidarité entre les pays européens et la décision des institutions européennes de réintroduire la libre circulation au sein de l'espace européen", explique une note publiée par le ministère des Affaires étrangères – qui se termine par la menace de «réciprocité».

Bien que cela ait une composition diplomatique, il semble probable que les différents États membres lèveront progressivement leurs restrictions.

Le Danemark, par exemple, a déjà annoncé qu'il réduirait les restrictions le 27 juin, tandis que d'autres devraient certainement suivre.

Toute personne souhaitant se tenir "au courant" des différents "à faire et à ne pas faire" pour visiter d'autres pays européens devrait pouvoir trouver toutes les informations dont elle a besoin sur ce site de l'UE (cliquez ici).

natasha.donn@algarveresident.com