Le gouvernement angolais a annoncé le 11 mars la levée de la suspension des vols directs vers le Portugal, le Brésil et l’Afrique du Sud, interrompue depuis le 16 janvier en raison de la pandémie de covid-19, indiquant que la TAP effectuerait un vol hebdomadaire, qui pourrait évoluer, en fonction de la situation épidémiologique.

Depuis, la TAP n’est autorisée à opérer que deux vols par semaine, qui ont été effectués le jeudi (Lisbonne-Luanda) et le vendredi (Luanda-Lisbonne), mais il y a des passagers avec des billets achetés pour les autres jours de la semaine, qui finissent par voir les vols annulés, et n’ont pas épargné les critiques de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Ana Brás allait se rendre le 17 avril (un samedi) à Lisbonne et avait déjà passé le test de dépistage du covid-19, nécessaire à l’embarquement, lorsqu’elle a reçu un message de la TAP lui disant que le vol n’aurait pas lieu.

Ce jour-là, il s’est rendu au comptoir de la compagnie aérienne à Luanda pour obtenir des éclaircissements et porter plainte.

«On m’a dit que le voyage avait été oublié par le système», a-t-il dit à Lusa. Ana Brás a tenté de déposer une plainte via le site Web TAP qui lui avait été indiqué, mais a ajouté que ce n’est qu’à la troisième tentative qu’elle a pu obtenir la preuve de la plainte, n’ayant reçu un numéro de référence qu’après avoir insisté pour contacter l’entreprise via Facebook.

«J’attends une réponse, jusqu’à ce que je dépose l’argent sur le compte, je n’abandonnerai pas», a-t-il garanti.

Ana Brás a réussi à être remplacée sur un vol, mais uniquement sur ce qui est prévu pour le 14 mai, c’est-à-dire près d’un mois plus tard, regrettant les inconvénients causés par la modification.

«J’allais attraper l’anniversaire de mes enfants et la fête des mères et je ne pouvais plus le faire. J’avais aussi des rendez-vous et j’ai dû tout reporter », a-t-il dit.

Une autre citoyenne portugaise qui se rendra de Luanda à Lisbonne le 17 mai a déclaré à Lusa qu’elle était préoccupée par le non-achèvement du voyage, qui est prévu pour un lundi.

« TAP me dit que le vol est dans le système et a été confirmé, mais compte tenu des informations que j’ai reçues, je crains que cela ne se fasse pas », a déclaré le Portugais, qui travaille également à Luanda, et a demandé à ne pas le faire. être indentifié.

La même source a ajouté qu’il avait interrogé TAP pour savoir si le transporteur était responsable du remboursement des frais du test RT-PCR, au cas où le vol ne se concrétiserait pas: «ils ont répondu qu’ils ne pouvaient pas le garantir, mais je pourrais faire un plainte plus tard ».

Selon lui, il a initialement prévu son voyage pour le 2 juillet, mais a changé le billet au 28 mai puis au 21 mai, payant plus de 500 euros pour le changement, pour des raisons de santé.

«Cependant, comme ils ont changé l’horaire de vol du 21 mai, j’ai anticipé le 17, non sans d’abord demander s’ils étaient sûrs que ce vol existait, compte tenu des informations que j’avais et ils ont continué à me dire que le vol existe», il a déclaré, disant qu’il a essayé de changer la date du voyage à nouveau au 28 (vendredi), car pour le 21, il n’y a plus de sièges, mais la TAP exige un autre paiement de 692,89 euros.

«Je ne sais pas quoi faire», dit-il.

Lusa a contacté TAP à Lisbonne, mais n’a jusqu’à présent reçu aucune réponse.

RCR // VM

Le contenu Les passagers en Angola indignés par l’annulation des vols TAP et le manque d’informations de la compagnie apparaît d’abord à Visão.