Les travailleurs de l’entreprise de vêtements Dielmar ont exprimé aujourd’hui leur intention de continuer à travailler à partir du 18, mais ils ont besoin de conditions, notamment de matières premières, pour les commandes qui restent en ligne.

« Nous avons très peu de temps pour travailler sur cette situation et pendant le processus d’insolvabilité, nous devons trouver des solutions pour que, effectivement, l’entreprise [Dielmar] continue de travailler. C’est le point principal, l’entreprise ne doit pas s’arrêter de travailler et continuer à sauvegarder tous ses emplois », a déclaré aujourd’hui aux journalistes Marisa Tavares, du Syndicat des travailleurs du secteur textile de Beira Baixa.

La dirigeante syndicale s’exprimait après une concentration de travailleurs de Dielmar, convoquée par son syndicat, qui a eu lieu aujourd’hui, à la mairie de Castelo Branco, une semaine après l’insolvabilité de cette entreprise de confection, dont le siège est à Alcains, dans la commune de Castelo Branco.

Les travailleurs présents à la concentration ont approuvé, à l’unanimité et par acclamation, une résolution, dans laquelle ils demandent que toutes les mesures de sauvegarde soient prises pour que le 18 août, ils puissent continuer à travailler.

« Pour cela, il faut créer les conditions pour avoir de la matière première disponible afin de travailler les commandes qui restaient sur la ligne », lit-on dans le document.

Il a également été décidé que, si cette situation n’est « pas du tout possible », c’est-à-dire si le 18, date à laquelle se termine la période de vacances en cours, il n’y a pas de matière première à travailler, ils acceptent de prolonger la période de vacances jusqu’à fin août, renonçant à profiter de la période de Noël.

Il s’agit de laisser le temps aux autorités compétentes d’élaborer une solution « qui rende viables la continuité et la sauvegarde des emplois ».

Pour que cette situation devienne possible, les travailleurs défendent la nécessité d' »un véritable engagement de la part du gouvernement », à travers le ministère de l’Économie, qu' »ils arrivent fin août et les mois suivants et aient leur salaire disponible ».

Marisa Tavares dit que le syndicat a parlé à ceux qui travaillent quotidiennement dans l’entreprise pour voir si, en fait, il y avait des conditions pour qu’ils retournent sur le lieu de travail le 18.

« Ce qu’on nous a dit, c’est qu’il y a des problèmes au niveau des matières premières. Il y a une ou deux commandes qui sont restées en ligne. Il faut donc trouver des solutions. D’où cette solution que l’on met aux travailleurs pour pouvoir prolonger leurs vacances », pour « donner du temps au ministère de l’Economie, pour trouver des solutions », a-t-il soutenu.

Le dirigeant syndical a souligné que les manifestations d’intérêt pour l’entreprise « sont positives » et doivent être analysées et prises en compte.

« Le gouvernement et l’administrateur d’insolvabilité auront leur mot à dire. Qu’il soit garanti que les travailleurs, à la fin du mois d’août, aient leur salaire disponible. Ce n’est pas rare. Cela s’est déjà produit dans d’autres entreprises et cela peut aussi arriver dans celle-ci », a-t-il conclu.

CCC // JEF

Le contenu que les travailleurs de Dielmar souhaitent continuer à travailler à partir du 18 apparaît en premier dans Visão.