1-1-e1669908198824-png
seca_alto_lindoso_agua_1-5921915-7755441-jpg

Les municipalités signent un engagement à s’adapter et à atténuer les changements climatiques

La déclaration d’engagement a été signée dans la matinée, au siège de l’ANMP, à Coimbra, par la présidente de cette organisation, Luísa Salgueiro, et par le président de l’APDA, Rui Godinho.

Avec ce document, l’ANMP et l’APDA s’engagent à « renforcer les efforts nécessaires d’adaptation et d’atténuation au changement climatique, notamment en matière de services de l’eau, pour garantir les générations futures ».

S’adressant à l’agence Lusa, la présidente de l’ANMP, Luísa Salgueiro, a souligné que cet accord sert à « travailler réciproquement sur l’objectif essentiel d’une meilleure gestion de la ressource en eau ».

« C’est toujours un objectif très important et à l’heure actuelle, il bénéficie d’une opportunité particulière, car le pays et plusieurs municipalités sont confrontés à un problème de pénurie d’eau. Nous réfléchissons maintenant à des mesures d’économies », a-t-il affirmé.

L’également président de la Municipalité de Matosinhos a souligné l’importance de ce partenariat avec l’APDA, une association « très bien équipée du point de vue des connaissances dans ce domaine ».

« Nos équipes travailleront en partenariat, afin d’évaluer les problèmes qui nous sont transmis par les communes et aussi de mettre en place des mesures nationales, en termes de gestion plus rationnelle de l’eau », a-t-il conclu.

La déclaration d’engagement signée aujourd’hui énumère les différents instruments développés au Portugal dans ce domaine, notamment le programme d’action pour l’adaptation au changement climatique 2020-2030, la stratégie nationale d’adaptation au changement climatique, la création de la Commission permanente de prévention, de surveillance et Le Suivi des Effets de la Sécheresse et les Stratégies/Plans Intercommunaux et Communaux d’Adaptation au Changement Climatique, « piliers fondamentaux pour accompagner une transition écologique juste, compétitive et solidaire ».

« Pour nous adapter efficacement, nous devons appliquer les meilleures connaissances et expériences dans le diagnostic et la prévision des impacts générés dans la disponibilité de l’eau, tant en qualité qu’en quantité, et dans les phénomènes extrêmes tels que les sécheresses et les inondations, dont la fréquence augmente. et d’intensité, et qui affectent et affecteront directement les services d’approvisionnement et d’assainissement ».

Dans le secteur de l’eau, il est souligné qu’il convient également de promouvoir la mise en œuvre de mesures d’atténuation, « parmi lesquelles celles liées à l’économie circulaire et à l’amélioration de l’efficacité énergétique et hydrique et de l’utilisation des ressources naturelles, dans le but de réduire les émissions de carbone ». empreinte ».

« Nonobstant tous les travaux déjà réalisés à ce jour, nous sommes certains que, dans son ensemble, le secteur des services urbains d’approvisionnement en eau et d’assainissement peut aller plus loin dans son devoir d’accompagnement, de proposition et d’opérationnalisation des stratégies et mesures de lutte contre l’urgence climatique » , lit la déclaration d’engagement.

Articles récents