Selon Maria João Costa, de Habita, l’une des associations promotrices, les revenus des familles baissent et « les loyers, résultat des politiques de l’État, ont augmenté et sont inaccessibles », sans qu’il y ait « des propositions politiques concrètes pour résoudre ce problème ».

L’activiste reprochait à l’Etat d’expulser des personnes sans solution de logement et qui occupaient depuis des années des HLM vacants, avec un gros appareil policier, « comme si ces gens étaient des criminels ».

« C’est criminel de laisser des maisons vides alors qu’il y a tant de gens qui ne peuvent pas avoir de maison. C’est donc la première chose. Les expulsions de l’État doivent cesser. C’est un énorme scandale, à notre avis », a-t-il déclaré.

Maria João Costa a souligné qu’il y a 120 000 maisons vides dans le pays, dont 48 000 à Lisbonne, dont beaucoup sont publiques, et a estimé que les entités doivent s’organiser « pour proposer des solutions pour que les gens puissent vivre quelque part, car il est pas une option pour ne pas vivre n’importe où ».

« L’État doit les mettre d’une manière ou d’une autre à la disposition des familles qui en ont réellement besoin », a-t-il déclaré, défendant que « la société doit comprendre que le problème de ne pas avoir de logement n’est pas pour cette famille qui ne peut pas avoir de logement, mais pour un problème  » de tous.

José Rodrigues, 72 ans, retraité, a vécu avec sa mère pendant 20 ans dans un immeuble du ministère des Finances, mais dès son décès, il a immédiatement reçu un arrêté d’expulsion. Le bâtiment est en cours de transformation en résidence étudiante et José Rodrigues devra partir d’ici le 31 de ce mois.

« En fait, ce n’est pas le principal problème. Le problème, c’est la fragilité avec laquelle j’ai, à 72 ans, à la retraite, de tout transporter dans un garage. J’habiterai probablement là-bas. Je n’ai pas d’autre capacité. En revanche, le ministère des Finances lui-même est propriétaire de plusieurs immeubles à Lisbonne et certains sont vacants, mais n’a proposé aucune solution. C’est ma situation », a-t-il dit, s’adressant à Lusa.

José a déjà postulé à tous les concours de logement de la mairie de Lisbonne, mais « tout est en retard », car le temps des institutions ne correspond pas aux besoins de ceux qui se voient dans la perspective de vivre, en moins d’un mois, dans un garage qui sera aussi l’entrepôt de tout ce que vous avez.

« Il y a une immensité, un univers de gens comme moi, fragiles, et la seule solution est une mairie, mais je ne vois pas de solution », a-t-il ajouté.

Jerusa Laureano a été expulsée de Loures il y a plus d’un an et vit depuis avec son fils aîné, désormais majeur, dans un centre d’accueil à Carnide, à Lisbonne.

« Nous étions cinq familles, nous avons été expulsés au moment de la pandémie [de covid-19] et nous avons été pris en charge par la Sécurité Sociale. Les autres familles ont été logées et mon fils aîné et moi, devenu majeur entre-temps, sommes restés dans un centre d’accueil et y restons jusqu’à aujourd’hui. Pas de réponse, rien du tout », a-t-il dit.

Jerusa travaille, gagne le salaire minimum, mais est incapable de payer un loyer, car, comme cela était écrit sur l’une des affiches affichées par les manifestants, elle a été forcée de choisir du pain, et d’abandonner le droit au logement.

« Ce que je veux, c’est avoir une maison où je peux payer le loyer. Que je peux payer. Je ne vais pas chercher une maison, puis je commence à payer, puis je ne peux plus et le propriétaire m’expulse à nouveau », a-t-il déclaré.

Lors de la concentration, Mário Tomé, l’éternel « major » du Mouvement des forces armées, fondateur de l’Union démocratique populaire (UDP), ancien député, a pris le mégaphone et a commencé par se présenter comme l’un des hommes qui ont fait le 25 avril 1974, date à laquelle le logement pour tous a été inscrit comme droit constitutionnel, mais n’a pas encore été réalisé.

« Ces luttes sont fondamentales. Pour l’instant, ils commencent par de petites gouttes, mais peuvent se transformer en un gros ruisseau. Et, donc, je pense que la revendication immédiate, c’est ce que je pense, c’est l’interdiction des expulsions, l’interdiction des licenciements, l’augmentation des salaires », s’est-il défendu.

La tribune d’aujourd’hui était « le premier événement public d’un mouvement national contre les expulsions et pour le droit à un logement décent », selon les organisateurs, les associations Habita, Stop Evictions et Habitação Hoje. Le prochain aura lieu samedi après-midi, à Porto.

RCS // VAM