Cette position a été transmise par Nuno Jacinto après avoir été reçue par Marta Temido au ministère de la Santé, où son association a promu cet après-midi une protestation contre la mesure du budget de l’État pour 2022 qui ouvre la possibilité d’embaucher des médecins sans spécialité pour les centres de santé.

« Le ministre de la Santé a déclaré que ces médecins sans spécialités ne pourront pas avoir les listes d’usagers à leur nom, mais n’a pas précisé ce que ces collègues feront pour les centres de santé, surtout lorsqu’ils sont dans des lieux isolés, souvent seuls. et dans des conditions très compliquées », a-t-il déclaré.

Pour Nuno Jacinto, après la rencontre avec Marta Temido, qui a duré environ une heure, « on ne comprend toujours pas quel sera réellement le rôle de ces collègues » médecins sans spécialités.

« Nous ne comprenons toujours pas comment ils ne remplaceront pas les médecins de famille en tant que tels et nous ne comprenons toujours pas comment il sera possible de retenir plus de spécialistes et d’attirer plus de spécialistes en médecine générale et familiale », a-t-il ajouté.

Interrogé si, à un moment donné, le ministre de la Santé a admis ne pas appliquer la règle du budget de l’État pour 2022 qui permet l’embauche de médecins sans spécialités pour des fonctions dans les centres de santé, le président de l’APMGF a déclaré que cette perspective n’était pas assumée par le Gouvernement. .

« De notre point de vue, la clarification qui existe est courte. Il ne s’agit pas seulement d’une compréhension différente du budget de l’État pour 2022, mais d’une question fondamentale liée à l’existence de spécialistes en médecine générale et familiale dans les centres de santé et au dangereux précédent qui est censé créer. A court et moyen terme, cela peut conduire à un nombre croissant de médecins non spécialistes dans les centres de santé effectuant des tâches multiples que le gouvernement n’a pas précisées », a-t-il déclaré.

A la question de savoir si Marta Temido avait programmé de nouvelles rencontres avec son association, la présidente de l’APMGF a précisé que non.

« C’est juste que nous avons convenu d’être en désaccord sur de nombreux points, notamment sur ces questions liées au recrutement de nouveaux spécialistes. De notre point de vue, nous continuerons à défendre sans concession la médecine générale et familiale. Il s’agit de défendre la spécialité et les soins que nous prodiguons », a-t-il justifié.

Après une rencontre sans accord avec le ministre de la Santé, Nuno Jacinto a promis que les membres de son association continueront à manifester.

« Nous avons demandé des audiences avec le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, avec les parties, certaines déjà programmées. Nous continuerons à montrer notre rôle et notre importance jusqu’à ce qu’il soit définitivement reconnu et garanti que seuls de vrais médecins de famille suivront les patients au Portugal », a-t-il ajouté.

PMF // N.-É.