Dans un communiqué de presse, la Communauté intercommunale de Beira Baixa (CIMBB), qui comprend les municipalités de Castelo Branco, Idanha-a-Nova, Oleiros, Penamacor, Proença-a-Nova et Vila Velha de Ródão, déclare que « l’initiative comprend la création d’un spectacle de théâtre » dans chacune de ces communes.

« Bien que le projet reposait sur un seul scénario, le résultat final est la présentation de six pièces de théâtre différentes, adaptées à la réalité de chaque municipalité et avec la participation de différentes personnes et entités », ajoute la note.

Selon le CIMBB, « le défi a été lancé pour les associations et collectivités locales d’intégrer les productions artistiques de ce projet dans leurs communes respectives, qui ont répondu positivement ».

Après « plusieurs mois de répétitions », les pièces seront présentées en juillet, en accès libre, dans une initiative qui « entend favoriser l’échange et l’itinérance des publics à travers les six communes, motivés par la curiosité et l’intérêt à comprendre l’évolution que projet artistique subi dans chaque lieu où il sera réalisé ».

Le premier spectacle est présenté samedi à 21h00, dans l’auditorium de la Santa Casa da Misericórdia de Oleiros, avec une diffusion en direct, de celui-ci et des autres, via les réseaux sociaux. Viennent ensuite Proença-a-Nova (10 juillet), Idanha-a-Nova (17), Castelo Branco (18), Penamacor (23) et Vila Velha de Ródão (25).

Le spectacle est basé sur un texte original de Raquel Alves Coelho, également responsable de la direction artistique. Le texte a été adapté par Carlos Braz, Cláudio Gomes Pereira et Inês Basto, chargés de la mise en scène et de la direction des acteurs. La coordination exécutive est assurée par Catarina Coelho. Tous font partie de la société Sons & Ecos, mandatée pour réaliser cette production. Environ 80 personnes des six conseils y participent.

Raquel Alves Coelho a expliqué à l’agence Lusa que « ce n’est pas qu’un spectacle, il y a plusieurs spectacles basés sur l’histoire locale de l’entrée des Français par la Beira Baixa lors de la 1ère invasion. [1807]”.

« Cette entrée a eu plusieurs répercussions dans les différentes communes avec lesquelles nous travaillons, avec des spécificités dans chacune d’entre elles », a-t-il précisé, notant que le titre commun des émissions est « La 1ère invasion française – De l’occupation à la révolte ».

Selon Raquel Alves Coelho, « chacun des réalisateurs a fait une adaptation pour chacune des communes, en fonction du public cible », étant donné qu’ils « travaillent avec des communautés locales, avec des groupes très hétérogènes, dont les âges vont jusqu’à 6 ans à presque 90 ans ».

« En plus de la tranche d’âge étant très large, elle a les professions les plus diverses : jeunes étudiants en tourisme, retraités, ex-migrants, commerçants, entre autres », a-t-il précisé, notant que ce projet comprend « une partie formation ou formation, mais aussi d’échange de connaissances entre les différentes générations ».

Le directeur artistique a souligné que « la communauté locale travaille en tant qu’acteur, mais participe aussi avec ses témoignages et avec la construction de la scénographie et des accessoires ».

« Il y a des gens qui s’emparent d’objets anciens, particulièrement de cette époque, comme des boulets de canon des invasions françaises, et des outils agricoles qui servaient à l’époque où la population se rebellait pendant l’occupation », a-t-il illustré.

Raquel Alves Coelho a ajouté que « le texte dramatique a été construit sur la base de sources historiques et reproduit des faits et événements historiques qui ont eu lieu dans cette région, précisément dans les municipalités où se déroule la préparation du spectacle ».

Le responsable a ajouté que « l’entreprise loue des armoires et des accessoires », mais pour le spectacle de Vila Velha de Ródão, le conseil local et l’Académie senior « gèrent la garde-robe avec les utilisateurs de l’Académie ».

Le scénario comprend « des vers qui ont été composés pendant les invasions » et « la musique qui accompagne le texte a été conçue par des groupes locaux qui font partie du spectacle ».

Le secrétaire exécutif du CIMBB, Hélder Henriques, a déclaré que le projet, dans le cadre de l’initiative Beira Baixa Cultural 2.0, « est le résultat d’une candidature financée par des fonds communautaires et représente un réseau des six communes qui composent l’Intercommunale. Communauté ».

Hélder Henriques a ajouté que « c’est la première phase », suivie d’un autre spectacle, dont le thème est l’eau, qui se tiendra au second semestre de cette année.

SR // JEF

Le contenu Les invasions françaises font l’objet de représentations théâtrales dans six municipalités de la Beira Baixa apparaît en premier à Visão.