1-1-e1669908198824-png
39510646_wm-7435992-1469063-jpg

Les inspecteurs du SEF vont passer « en bloc » à la Police Judiciaire

Dans le cadre de la restructuration du SEF, qui est en cours, le responsable a révélé, à Évora, que cette transition « en bloc » des inspecteurs d’enquête et d’inspection de cet organisme vers la PJ est prévue, répondant à ce qu’ils voulaient.

« C’était ce que les travailleurs voulaient le plus, car il y a une grande équivalence entre les carrières, la carrière d’enquête et d’inspection SEF et la carrière d’enquêteurs de la police judiciaire », a déclaré José Luís Carneiro.

Malgré cette transition, a-t-il prévenu, « il faut veiller à ce qu’il y ait un certain nombre d’inspecteurs qui garantiront l’appui au contrôle de la frontière aérienne, qui est sous la responsabilité du PSP ».

Et qu’« il y aura un groupe qui soutiendra la GNR en ce qui concerne le transfert de connaissances en rapport avec le contrôle de la frontière maritime et de la frontière terrestre », a-t-il ajouté.

Depuis mai et jusqu’à présent, a-t-il révélé, « plus de 300 gardes et policiers ont été formés aux compétences pour ce qu’on appelle la première ligne des frontières aériennes et des frontières terrestres ».

« En attendant, d’autres cours ont commencé à renforcer le corps humain qui aura, disons, des responsabilités dans le contrôle des frontières aériennes, maritimes et terrestres », a déclaré le ministre.

Pourtant, « c’était la garantie que voulaient les travailleurs, ils transitent en bloc, comme je l’ai expliqué à la PJ, bien que plus tard, disons, en service et en appui au contrôle de la frontière aérienne, de la frontière maritime et de la frontière terrestre ». », a-t-il souligné.

S’adressant aux journalistes, en marge de l’inauguration de l’Espace « Maria e António », la salle rénovée dédiée à l’assistance aux victimes dans le Commandement Territorial GNR d’Évora, le ministre a également déclaré qu’il espérait que d’ici la fin de l’année le processus normatif créer l’Agence portugaise pour la migration et l’asile (APMA), qui intégrera le personnel administratif du SEF.

Lors de l’inauguration de l’espace d’aide aux victimes du GNR à Évora, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, José Luís Carneiro a révélé qu’il existe déjà dans le pays, dans les postes de garde et les installations PSP, « 470 chambres » avec des finalités identiques, auxquelles s’ajoutent « 30 autres places », fruit de partenariats entre les forces de sécurité et d’autres entités.

« On parle d’environ 500 places, ce qui représente 71% des postes territoriaux et commissariats de la PSP qui sont déjà équipés d’espaces garantissant l’intimité, la vie privée » pour accueillir ceux qui participent à ces violences, « souvent » en entreprise des enfants, des adolescents et des jeunes, a souligné le ministre.

RRL // FPA

Articles récents