Augmenter la police dans les rues de Porto « est une question clé et de la plus haute importance », a déclaré Miguel Camões, président de l’Association des bars et discothèques de la Movida do Porto, dans une interview à Lusa un jour après la mort d’un 23 -Jeune homme de 10 ans, victime d’un passage à tabac dans une rue du centre-ville de Porto au petit matin de dimanche.

« Nous constatons avec une grande inquiétude que, de l’allégement des mesures restrictives, et avec l’ouverture tardive des espaces de divertissement nocturne, une nouvelle habitude de consommation d’alcool s’est créée dans la rue, sur les places et les lieux publics, ce qui conduit à des rassemblements de centaines et parfois des milliers de jeunes, sans aucun contrôle, qui boivent de l’alcool en grande quantité », provoquant « l’insécurité dans une ville ».

Ce groupe de jeunes de toute la ville, déjà ivres dès son plus jeune âge, crée « des situations d’insécurité dans la ville et qui ont malheureusement eu la pire des situations auxquelles on aurait pu s’attendre ce week-end et c’est quelque chose qui nous inquiète beaucoup » , réitère l’ homme d’ affaires .

Miguel Camões part du principe que la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur des établissements de nuit est « un pilier du bon fonctionnement du secteur » et rappelle que depuis 2017, l’association alerte la mairie de Porto et la police que davantage de police est nécessaire dans les rues.

« C’est une très vieille affirmation selon laquelle le centre-ville de Porto a besoin de plus de policiers. Depuis 2017, nous alertons la municipalité et la police qu’il faut davantage de police dans les rues », a-t-il déclaré, rappelant que les hommes d’affaires de nuit ont effectué pendant deux années consécutives une police gratifiée dans les rues de Porto « payée par les hommes d’affaires associés  » et qu’elle n’a pris fin qu’en mars 2020 à cause de la pandémie et de la fermeture des établissements.

Malgré les difficultés de trésorerie auxquelles le secteur est confronté, et considérant que la sécurité est une question à résoudre par le gouvernement, Miguel Camões a déclaré à Lusa que l’association a de nouveau pris des mesures avec la police pour avoir plus de police.

« Nous avons déjà repris des démarches avec le PSP pour voir comment nous pouvons mettre des policiers dans la rue, mais c’est clairement une responsabilité du gouvernement, du ministère de l’Administration intérieure, ce n’est pas la nôtre. Il faut sans aucun doute plus de police dans les rues de la ville de Porto », a-t-il souligné.

Le cas de la mort d’un jeune homme dans la nuit à Porto s’est produit dans le quartier de Passos Manuel, dans le centre-ville de Porto, vers 03h00 dimanche, lorsqu’un garçon de 23 ans a été battu jusqu’à perdre connaissance et inanimé sur la voie publique. Les autorités ont emmené le jeune homme dans un état grave à l’hôpital de Santo António, où il est décédé ce matin-là.

Plusieurs incidents ont marqué la nuit de Porto, notamment le week-end, mais les autorités n’ont encore établi aucun lien avec ces cas.

Le jeune homme était basketteur au Guifões Sport Clube, à Matosinhos.

Dans une publication sur la page officielle du réseau social Facebook, le club de Matosinhos a fait état du décès : « Le jour d’hier [domingo] nous nous sommes réveillés avec la triste nouvelle que notre ancien athlète Paulo Correia a subi une violente attaque qui l’a mis dans une situation de lutte pour la vie. Malheureusement, la situation était trop grave et il a fini par mourir ».

Le suspect d’avoir battu le jeune homme de 23 ans dans le centre-ville de Porto a été placé en détention préventive, a indiqué aujourd’hui une source policière.

CCM (JFO/JGJ) // LIL