« Dans le cadre du nouveau régime juridique du système électrique national, qui commence actuellement à quitter ce ministère pour être discuté et approuvé par le Gouvernement, nous estimons, d’ici la fin de cette année, la création d’un statut spécifique pour l’électro -intensif et les économies qui, selon nous, peuvent se produire dans la composante énergétique autoconsommée, je le répète, autoconsommée, peuvent varier entre 20 et 30% des coûts finaux d’électricité », a déclaré le ministre de l’Environnement et de l’Action climatique, João Pedro Matos Fernandes, lors d’une conférence de presse.

« La fin du régime d’interruptibilité est une exigence européenne que le Portugal a prolongé […]. Une ordonnance signée par moi-même a été établie et est sur le point d’être publiée, compensant les installations industrielles électro-intensives couvertes par le CELE (European Trade in Emission Licenses) à 25 millions d’euros », a également rappelé le responsable gouvernemental.

Matos Fernandes a également déclaré que le paiement de cette aide, qui, a-t-il expliqué, est effectué après mars de l’année suivante, sera anticipé.

En outre, le gouvernement prépare un « produit spécifique aux enchères, pour la fourniture d’un service de flexibilité, qui est celui que fournissent les entreprises électro-intensives, avec une valeur de capacité fixe pouvant atteindre jusqu’à 20 millions d’euros par an ».

Fin juillet, l’Association portugaise des grands consommateurs d’énergie électrique (APIGCEE) avait mis en garde contre les conséquences de la fin du service d’interruptibilité, le 31 octobre, dont le risque de « pannes incontrôlées ».

« Il est annoncé que le service d’interruptibilité prendra fin le 31 octobre de cette année, et à cette date le pays perdra 693 MW [megawatts] une alimentation déconnectable automatiquement, augmentant ainsi sérieusement le risque de pannes incontrôlées et retirant de l’industrie un instrument qui a servi à rendre son fonctionnement viable au Portugal », a déclaré l’association, dans un communiqué.

L’association a mis en garde contre les conséquences qu’aurait la fin du service d’interruptibilité, fourni par les gros consommateurs d’électricité, si de nouvelles situations se produisaient, comme l’incident en France qui a provoqué la séparation du réseau électrique ibérique du réseau européen.

En raison de cette séparation des réseaux, le gestionnaire du réseau électrique portugais a dû déconnecter 800 MW d’électricité pour éviter une panne générale.

« Lors de cette coupure d’électricité, toutes les entreprises de l’APIGCEE ont été affectées, avec 400 MW à couper. Il y a neuf entreprises avec 23 installations, ce qui signifie, en pratique, qu’environ 50% du déplacement a été effectué par des membres de l’APIGCEE », a expliqué l’association, ajoutant que « la sauvegarde du système a été ainsi réalisée car il existe un système d’arrêt automatique, dans lequel est inséré le service d’interruptibilité d’urgence ».

Selon l’APIGCEE, une panne générale au Portugal peut affecter plus de quatre millions de consommateurs et coûter environ 27 millions d’euros par heure.

« Compte tenu du fait qu’un black-out met quelques heures à se rétablir, on peut aisément conclure que le coût du service d’interruptibilité au Portugal (environ 110 millions d’euros par an) est négligeable compte tenu de son importance pour le pays. », a souligné l’entité.

Le service d’interruptibilité consiste en la réduction volontaire par le consommateur d’électricité de sa consommation d’électricité à une valeur inférieure ou égale à la valeur de la puissance résiduelle, en réponse à un ordre de réduction de puissance donné par le gestionnaire du réseau de transport ».

Ce service peut être fourni par des consommateurs d’électricité à très haute, haute et moyenne tension, tels que les grandes industries, à condition qu’ils n’exercent pas une activité comprenant des services essentiels dans lesquels l’application du service d’interruptibilité peut mettre en péril la sécurité des personnes ou des marchandises.

MPE // CSJ

Contenu Les grands consommateurs de lumière bénéficieront d’un statut spécifique et du soutien de 25ME — Le gouvernement apparaît en premier dans Vision.