1-1-e1669908198824-png
les-forces-de-securite-ne-doivent-pas-etre-instrumentalisees

« Les forces de sécurité ne doivent pas être instrumentalisées » pour limiter les combats – PCP

« Le PCP comprend que les forces de sécurité ne doivent pas être instrumentalisées pour limiter les luttes des travailleurs ou des populations », a déclaré Paulo Raimundo à l’issue d’une audition publique pour les professionnels des forces et services de sécurité, qui s’est déroulée dans le Salão da Junta de Freguesia de Massarelos, à Porto.

Selon le secrétaire général communiste, qui a pris ses fonctions en novembre dernier, le PCP a « soulevé la nécessité d’approfondir les critères de sélection et de renforcer les mesures visant la formation et le cadre opérationnel ».

« Des mesures qui renforcent les capacités de chaque agent et empêchent le développement de conceptions qui violent les valeurs et principes constitutionnels de la part de ceux qui ont la mission et défendent la défense de la légalité démocratique », a-t-il souligné.

Pour Paulo Raimundo, « c’est aussi une responsabilité de la formation de chacun des hommes et des femmes qui portent les uniformes, qui montrent aussi leur visage, et qui doivent être les garants de la Constitution qu’ils défendent et jurent de défendre ».

Le secrétaire général communiste a critiqué la disparition du Service des étrangers et des frontières (SEF), « promu par le Parti socialiste et le Bloc de gauche ».

« Comme nous l’avons toujours dit, ce dont la SEF avait besoin, c’était de plus de personnel et non d’une fin », s’est défendu le dirigeant communiste, reprochant au gouvernement « le déchiquetage de ses [do SEF] compétences pour la PSP et la GNR, et le transfert de tous les inspecteurs à la Police Judiciaire [PJ]”.

Paulo Raimundo a affirmé que le PCP n’a rien « contre » le transfert des inspecteurs à la PJ, mais « il est important de vérifier comment tout va s’articuler, car il ne suffit pas d’annoncer que tout le monde va à la PJ et puis nous’ je verrai ».

Le responsable du PCP a également noté que « le gouvernement a annoncé le rôle du PSP et du GNR, mais a ignoré […] la police maritime ».

Paulo Raimundo a également souligné « l’incapacité à résoudre les problèmes structurels, à offrir des conditions aux professionnels et à penser de manière intégrée les questions de sécurité ».

« L’annonce récente de la fermeture des commissariats et de l’ouverture des commissariats mobiles, des super-commissariats et des postes de service dans les conseils paroissiaux, dans une tentative de vendre CE QUI EST ANCIEN ET EST plus qu’essayé et qui n’a pas fonctionné, n’est qu’un autre exemple de ces mesures choisissent et s’échappent vers l’avant », a-t-il déclaré.

Dans la suite de son discours, le secrétaire général qui a succédé à Jerónimo de Sousa a mis en garde contre des problèmes tels que l’attractivité et la stagnation des carrières dans le secteur, la prévention du suicide, le vieillissement des forces de sécurité et les conditions des femmes.

JE // JPS

Articles récents