Telles sont quelques-unes des conclusions du rapport « Regards sur l’éducation 2021 », publié aujourd’hui par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), sur l’état de l’éducation dans le monde.

À l’école, les filles réussissent mieux et échouent moins que les garçons. Il y a aussi de plus en plus de personnes qui accèdent à l’enseignement supérieur, mais lorsqu’elles entrent sur le marché du travail, la situation se complique.

« Les jeunes femmes sont moins susceptibles d’avoir un emploi que les hommes, en particulier celles ayant un niveau d’éducation inférieur », lit-on dans le rapport sur la situation du Portugal.

L’année dernière, seulement 65% des femmes âgées de 25 à 34 ans qui avaient terminé la 9e année avaient un emploi, contre 80% des hommes au Portugal.

L’étude révèle cependant que cet écart entre les sexes est plus faible que la moyenne des pays de l’OCDE, où 43 % des femmes et 69 % des hommes diplômés de l’enseignement secondaire sont employés.

Outre la difficulté à trouver du travail, les salaires des femmes en âge de travailler sont également inférieurs dans la plupart des pays de l’OCDE.

« Les femmes âgées de 25 à 64 ans gagnent moins que leurs homologues masculins : leurs revenus représentent en moyenne 76 % à 78 % des revenus des hommes dans les pays de l’OCDE », indique le document.

Au Portugal, les femmes ayant fait des études supérieures ont des revenus inférieurs à ceux des hommes ayant un niveau d’éducation similaire, gagnant l’équivalent de 73 % du salaire des hommes. Autrement dit, pour le même travail et avec la même formation, un homme gagne 2 000 € et une femme 1 460 €.

Dans le cas des travailleurs ayant reçu une éducation de base, l’écart salarial entre les sexes s’élève à 78 % au Portugal.

Près de la moitié (49 %) des femmes âgées de 25 à 34 ans avaient un diplôme de l’enseignement supérieur en 2020, contre 35 % de leurs pairs masculins, selon les données de l’année dernière.

Cependant, ils restent minoritaires dans les cours de sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM), un phénomène qui se produit dans la plupart des pays de l’OCDE.

Au Portugal, les femmes représentaient 29 % des nouvelles entrées dans les programmes d’ingénierie, d’industrie et de construction et 17 % dans les programmes de technologies de l’information et de la communication.

Malgré les inégalités entre les sexes, c’est le statut socio-économique qui influence le plus les résultats d’apprentissage et, par conséquent, la réussite sur le marché du travail, prévient le rapport.

La nationalité – qu’elle soit native ou étrangère – a également un impact sur la réussite scolaire et l’accès à l’emploi.

Les adultes nés à l’étranger ont plus de difficultés à trouver un emploi que leurs pairs natifs et finissent donc par accepter des emplois moins bien rémunérés.

Le rapport souligne également que les étrangers qui arrivent dans le pays à un jeune âge et finissent par étudier ici réussissent mieux à trouver du travail.

« Regards sur l’éducation » est un rapport publié chaque année par l’OCDE et contient des données statistiques des 37 pays membres de l’OCDE et des économies partenaires.

OUI // ATP

Le contenu Les femmes gagnent 78% du salaire des hommes avec les mêmes qualifications apparaît en premier dans Vision.