Interrogée par Lusa, la « holding » étatique souligne que, parmi les 61 projets collaboratifs sélectionnés pour bénéficier du nouveau Fonds européen de défense (FED), 11 ont la participation d’entités portugaises.

Selon idD — Portugal Defence, « les propositions gagnantes avec la participation d’entités nationales représentent un budget total de 569 millions d’euros, avec un financement européen total d’environ 516 millions d’euros, ce qui correspond à un pourcentage de financement européen de 91 % » .

« Le financement européen total destiné aux entités nationales s’élève à 53,4 millions d’euros. considérant que le FED représente un financement de la Commission [Europeia] de 1 167 millions d’euros, cela signifie que les entités portugaises représentent près de 5 % des financements accordés », précise idD — Portugal Défense.

La « holding » étatique considère ainsi que, compte tenu « du poids de l’économie nationale dans l’ensemble de l’économie européenne » — le Portugal représente 1,5 % du Produit Intérieur Brut (PIB) des 27 États membres de l’Union européenne ( UE) –, le taux de 5 % constitue « une valeur significative ».

Parmi les 11 projets collaboratifs avec la participation d’entités portugaises, trois visent la recherche et les autres visent à développer des systèmes et des technologies pour les capacités de défense.

En termes de recherche, les trois projets en question sont dédiés à « l’utilisation de câbles à fibres optiques pour la connaissance de la situation maritime », la recherche de technologies à mettre en œuvre dans les « drones » et la « recherche de systèmes balistiques écologiques ».

Parmi les huit projets inclus dans le volet développement, celui dont le coût est le plus élevé (près de 370 millions d’euros) est destiné au développement de « microsatellites de surveillance et de collecte d’informations depuis l’orbite géostationnaire ».

Dans cet aspect, il existe également des projets dans le cadre de l’interopérabilité des forces armées européennes ou du développement du navire de guerre European Patrol Corvette, ainsi que la mise en place d’un « réseau de centres d’exercices et de formation » dans le domaine de la cybersécurité .

Parmi les 11 consortiums à participation portugaise, trois sont dirigés par des entités françaises, trois autres par des entités italiennes, deux par des entités espagnoles et les trois autres par des entités grecques, bulgares et allemandes.

Mercredi, la Commission européenne a annoncé que les 61 premiers projets industriels collaboratifs sélectionnés pour bénéficier du FED seront financés, à hauteur de près de 1,2 milliard d’euros.

L’exécutif communautaire rappelle que, sur le montant global, 322 millions d’euros sont destinés à financer 31 projets collaboratifs entre États membres dans le domaine de la recherche, pour faire face aux menaces émergentes et futures pour la sécurité, et 845 millions d’euros financeront 30 projets d’envergure projets de développement de systèmes et de technologies pour les capacités de défense.

Au total, environ 700 entités de 26 États membres de l’UE et de la Norvège sont impliquées dans les projets sélectionnés – dont plus de 40 % sont des PME, qui recevront près de 20 % du financement communautaire total demandé – et, en moyenne, chacune la proposition sélectionnée implique 18 entités de huit pays différents.

Les États membres comptant le plus d’entités impliquées sont, de manière prédominante, la France (178), l’Italie (156), l’Espagne (147) et l’Allemagne (113).

Initialement proposé par l’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le FED a été officiellement lancé en juin 2021, doté d’un budget de 8 milliards pour la période 2021-2027, dont un tiers (2,7 milliards d’euros) financer des projets de recherche, et les deux tiers restants (5,3 milliards) pour financer des projets collaboratifs de renforcement des capacités, en plus des contributions nationales.

Après la première édition du FED, l’appel à projets pour l’édition 2022 est déjà en cours et les candidatures doivent être déposées d’ici décembre. Dans ce cadre, idD – Portugal Défense, chargé de diffuser la FED auprès des entreprises portugaises, prévoit d’organiser en septembre une session de clarification.