1-1-e1669908198824-png
38533558-1600x1067-1-2345840-4906424-jpg

Les enseignants se plaignent « souvent à juste titre de leurs conditions », dit Marcelo

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a déclaré aujourd’hui que les enseignants se plaignent « souvent à juste titre de leurs conditions », après avoir été reçus à Ourém avec une protestation des enseignants.

«Ils sont fondamentaux et se plaignent et se plaignent et se plaignent souvent à juste titre de leurs conditions. Et, naturellement, c’est une préoccupation que, en tant qu’enseignant, j’ai toujours suivie », a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa, à Ourém, où il a été reçu aujourd’hui à l’école primaire et secondaire par des enseignants en signe de protestation le deuxième jour de grève. pour une durée indéterminée convoquée par le Syndicat de tous les enseignants (S.TO.P.).

« C’est une préoccupation, dans bien des cas, très juste », a-t-il déclaré, estimant que « les enseignants sont les plus importants » que le pays possède, « avec les personnels de santé, au sein de la fonction publique, car tout commence dans la santé et ensuite continue ». dans l’éducation ».

Pour Marcelo Rebelo de Sousa, les deux domaines « sont étroitement liés et sont fondamentaux pour garantir la justice, l’égalité et le progrès dans le pays ».

À leur arrivée, les enseignants et les élèves ont chanté des félicitations au président de la République, qui fête ses 74 ans aujourd’hui, et un enseignant protestataire a remis au président de la République des livres écrits par un élève de l’école.

« Ce sont les mérites de l’école », a déclaré l’enseignant au chef de l’Etat, auquel Marcelo Rebelo de Sousa a ajouté : « En particulier l’école publique ».

A propos de l’offre, il a dit que « c’est le meilleur cadeau » qu’ils pouvaient lui faire.

« J’adore les livres, je suis enseignant, et un livre d’élève signifie beaucoup pour ce que font les enseignants au quotidien et, souvent, dans des conditions très difficiles », a-t-il déclaré, pointant par exemple la pandémie de covid-19 ou les problèmes qu’ils ont avec leur statut.

Une quarantaine d’enseignants se sont réunis aujourd’hui à l’école primaire et secondaire d’Ourém, dans le district de Santarém, où le président de la République donne un cours de débat.

LES RECORDS. appelé à une grève pour une durée indéterminée, depuis le 9 décembre, pour protester contre les modifications proposées aux appels d’offres publics et pour exiger des réponses à d’anciens problèmes.

Dans un communiqué, le syndicat, qui représente environ 1.300 enseignants, précise que la « forme de lutte sans précédent » résulte d’un sondage réalisé sur le blog ArLindo, dans lequel 1.720 personnes ont soutenu la tenue d’une grève illimitée.

Parmi les principaux sinistres, le S.TO.P. pointe « des questions fondamentales non résolues du passé », défendant, d’emblée, la comptabilisation de tous les temps de service, la fin des vacances pour l’accès aux 5e et 7e échelons et la possibilité de départ à la retraite sans pénalité après 36 ans de service.

Il critique également les modifications récentes du régime de mobilité maladie, le dépassement de la progression de la carrière enseignante et demande des solutions pour les enseignants uniques et une évaluation sans quotas.

La grève est également une réponse aux propositions du ministère de l’Éducation de revoir le régime de recrutement et de mobilité du personnel enseignant, qui est en cours de négociation entre le ministère de l’Éducation et les syndicats du secteur.

Articles récents