1-1-e1669908198824-png
38920836_wm-6739905-2946090-jpg

Les élèves échouent moins au lycée

Cette valeur, selon les données officielles, représente une augmentation de 20 points de pourcentage par rapport à 2014/15, la première année universitaire de la série analysée, indique le ME.

« Une amélioration similaire a également été observée dans les cours professionnels, où, en 2020/21, 70% des étudiants ont terminé ces cours dans les délais prévus, ce qui correspond également à la valeur la plus élevée jamais enregistrée et à une augmentation de 17 points de pourcentage par rapport à 2014/15 » , a déclaré le ME dans un communiqué publié aujourd’hui.

Les données sont issues de deux études de la Direction générale des statistiques de l’éducation et de la science (DGEEC) – « Situation après 3 ans des étudiants entrés dans des filières scientifiques-humanistes » et « Situation après 3 ans des étudiants entrés dans des filières professionnelles » — et « permettent de suivre le parcours des étudiants, en comparant les parcours, les domaines de formation et leurs parcours réussis », selon le communiqué du ME.

La note gouvernementale souligne également que, selon les mêmes données, la réussite dans l’enseignement secondaire est plus importante pour les élèves ayant suivi une formation générale de base ou des cours artistiques spécialisés.

Du point de vue du ME, cela renforce « l’impact positif » du rejet des « mécanismes de dualisation précoce », c’est-à-dire l’évitement de la formation professionnelle dans l’Enseignement de base.

L’étude sur les filières scientifiques-humanistes révèle que le taux de rétention des élèves du secondaire est plus élevé parmi ceux qui suivent des cours d’arts visuels, avec seulement 66% des élèves qui terminent leurs études secondaires dans les trois années prévues.

Les étudiants en sciences et technologie sont ceux qui échouent le moins, 79 % terminant leurs études secondaires au cours des trois années prévues pour l’année scolaire 2020/21.

Par régions du pays, les meilleurs résultats se trouvent dans les régions du Nord et du Centre, mais l’autorité souligne la croissance du taux d’achèvement en trois ans par rapport à 2019/20 dans la région de l’Algarve, pour les cours scientifiques et humanistes, et Alentejo , pour les cours professionnels.

« Les élèves qui commencent l’enseignement secondaire dans le groupe d’âge normal – 15 ans ou moins – sont ceux qui terminent leurs cours dans les délais prévus, diminuant les pourcentages à mesure que l’âge des élèves augmente, ce qui indique une fois de plus que la rétention et le retard qui en résulte à l’âge de développement des études, ne révèle pas une efficacité prouvée », se défend la tutelle dans un communiqué.

Le communiqué mentionne également, concernant les élèves les plus nécessiteux, que « bien que les élèves qui ne bénéficient pas de l’Action Sociale Scolaire soient en général ceux qui ont les trajectoires de réussite les plus élevées, les données montrent qu’il y a eu une amélioration significative chez tous les élèves ».

Selon le ME, « les élèves de niveau A [os mais carenciados] des cours scientifiques et humanistes ont enregistré la plus forte augmentation par rapport à l’année précédente (9 points de pourcentage) et dans les cours professionnels, ce sont les étudiants de la classe B qui ont enregistré le pourcentage d’achèvement le plus élevé (72%), ce qui souligne l’importance de la consolidation de des politiques d’équité ont été élaborées dans le domaine de l’éducation ».

Pour le ME, les données publiées aujourd’hui renforcent l’importance de l’investissement dans ce niveau d’enseignement : « Le fait que les principaux foyers d’exclusion se situent encore dans l’enseignement secondaire justifie la continuité de cet investissement et une action particulièrement ciblée sur ce niveau d’enseignement » .

IMA // FPA

Articles récents