Les performances des étudiants portugais en mathématiques et en sciences se sont considérablement améliorées depuis 1995, mais les résultats des élèves de 4e année se sont dégradés au cours des quatre dernières années, selon l'étude internationale TIMMS.

L'année dernière, près de 7700 étudiants portugais ont participé à la plus grande étude internationale qui évalue les performances des élèves de 4e et 8e années de scolarité en mathématiques et sciences: le TIMMS – Trends in International Mathematics and Science Study.

Les étudiants portugais ont placé le Portugal dans le groupe des pays avec un résultat supérieur au point central de l'échelle TIMMS (500 points), mais parmi les étudiants plus jeunes, les résultats ont chuté au cours des quatre dernières années.

Au Portugal, 4300 élèves de 4e année ont passé les tests de mathématiques et de sciences et le score moyen a chuté dans les deux matières par rapport aux résultats de 2015.

Mais ce n'est que dans le cas des mathématiques que la baisse est «statistiquement significative», a expliqué Luís Pereira dos Santos, président de l'Institut pour l'évaluation de l'éducation (IAVE).

Grâce à une batterie de tests, les étudiants sont évalués sur une échelle de 1 à 1000 points. Les élèves de 4e année ont obtenu 525 points en mathématiques, soit 16 points de moins qu'en 2015, selon l'étude publiée aujourd'hui.

Dans une comparaison entre les 58 pays participants, le Portugais s'est classé 20e en mathématiques. Le pays le mieux classé, Singapour, a marqué 625 points.

En ce qui concerne les sciences, les étudiants portugais ont perdu leurs résultats de seulement quatre points (de 508 à 504) et le pays était à la 33ème place. Singapour, qui est à nouveau le mieux classé, a obtenu 595 points.

Depuis la première participation du Portugal à cette évaluation (en 1995) jusqu'à aujourd'hui, les performances des élèves se sont progressivement améliorées au fil des ans.

«La bonne nouvelle, c'est qu'il y a une évolution positive progressive et soutenue de tous les indicateurs et que le Portugal est au-dessus de la moyenne dans le TIMMS», a souligné le secrétaire d'État à l'Éducation, João Costa, admettant que cette amélioration des résultats «passait plusieurs gouvernements ».

Grâce à une batterie de tests, les étudiants sont évalués sur une échelle de 1 à 1000 points. Singapour est à nouveau le pays avec les meilleurs résultats mondiaux pour les deux disciplines en 4e et 8e années, oscillant autour de 600 points.

Au Portugal, les résultats les plus faibles ont été obtenus aux tests effectués par des élèves de 8e année en mathématiques, qui ont obtenu 500 points.

C'était la deuxième fois que des élèves de 8e année participaient à TIMMS, avec une amélioration à la fois en mathématiques et en sciences.

En 1995, il y avait moins de 500 points pour les deux matières et maintenant les mathématiques et 519 points pour les sciences sont passés à 500 points.

Ainsi, dans la liste des 39 pays auxquels ont participé les élèves de 8e année, le Portugal figure à la 18e place en mathématiques et à la 13e place en sciences.

Dans une comparaison par sexe, les garçons obtiennent de meilleurs résultats en mathématiques en 4e et 8e années.

«Les différences entre les sexes se sont accentuées au Portugal, cycle après cycle, en faveur des garçons», souligne l'étude, qui indique qu'il s'agit d'une tendance enregistrée dans la plupart des pays participants.

Un autre des points analysés était la différence de résultats entre les élèves qui fréquentent les écoles publiques et ceux des écoles privées. Tant en mathématiques qu'en sciences, les étudiants ont obtenu de meilleurs résultats.

TIMMS a également réalisé des questionnaires destinés aux enseignants et tuteurs qui ont démontré l'impact des ressources pédagogiques disponibles à la maison sur la réussite scolaire.

Avoir des livres à la maison, avoir sa propre chambre ou une connexion Internet étaient quelques-unes des questions posées aux parents qui ont montré à nouveau comment l'environnement socio-économique affecte les résultats.

L'impact positif de la fréquentation de l'éducation préscolaire a également été corroboré par cette étude, qui a également analysé la composition socio-économique de l'école.

OUI // HB ??????