Dans une lettre ouverte à laquelle l’agence Lusa a eu accès aujourd’hui, le proTEJO — Movimento pelo Tejo, l’Association pour le développement de Sobral Fernando (ADSF), le Mouvement d’action écologique (MAE) et la Plateforme de défense d’Albufeira de Santa Águeda / Marateca (PDASA), a appelé Duarte Cordeiro à agir pour mettre fin à la pollution de la rivière Ocreza, « qui est encore une fois extrêmement polluée en juillet, avec un niveau important d’eutrophisation et de prolifération d’algues », un épisode qui se répète chaque année après un an ».

« Cette situation se produit après les rejets d’eau du barrage de Marateca (ou Albufeira de Santa Águeda) et, comme l’année dernière, elle a été signalée au Service de la protection de la nature et de l’environnement – GNR et à l’Agence portugaise de l’environnement, municipalité de Proença-a- Nova, Vila Velha de Ródão et Castelo Branco », ont-ils souligné.

Ils ont également ajouté que, chaque fois que le barrage de Marateca est déchargé, « l’eau devient verte, sent mauvais, a une forte concentration de mousse, avec des zones bleutées, une odeur fétide et des lies noires à la surface de l’eau, suggérant la présence de cyanobactéries ».

« Les entités prétendent que l’énorme décharge qu’elles font au barrage de Marateca a pour but de maintenir le débit écologique, mais cela ne se produit qu’en un seul instant et non avec un débit continu et permanent, cette décharge brusque est étrange dans l’année actuelle de sécheresse généralisée que nous traversons. », ont-ils soutenu.

Les écologistes ont également souligné qu’en mai, PDASA avait dénoncé et déposé plusieurs plaintes pénales auprès du parquet pour « crimes environnementaux évidents » qui affectent le réservoir de Santa Águeda / Marateca, dont les impacts écologiques, plus évidents en termes de pollution, ont causé la mort de poissons et quelques oiseaux, à savoir un canard colvert mort au bord de l’eau et trois cigognes.

Considérant que la pollution du réservoir de Santa Águeda / Marateca et la décharge brutale du barrage nuisent, année après année, à l’état écologique de la rivière Ocreza en aval et empêchent son utilisation par les populations riveraines, les abonnés de la lettre ont demandé au ministre Environnement et action pour le climat pour agir en faveur de la réhabilitation du réservoir de Santa Águeda / Marateca.

Dans ce contexte, ils ont proposé la plantation de chênes et d’autres arbres indigènes aux endroits où ils ont été abattus, la suppression de la cerisaie existante près des rives du réservoir, l’ouverture des (anciens) accès au plan d’eau qui ont été des accès clôturés et spéciaux aux urgences de la protection civile, l’information du public sur ce qui peut et ne peut pas être fait, et où, dans la zone réservée de 50 mètres autour du réservoir et dans le plan d’eau.

Ils ont également demandé au responsable du gouvernement d’effectuer des interventions dans la zone réservée permettant la pleine jouissance du réservoir avec des activités sportives et de loisirs autorisées et de revoir le plan d’occupation des sols qui, selon le plan d’occupation des sols d’Albufeira, aurait dû être réalisé. en 2015.

« Le ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat n’est pas d’accord qu’il est dommage d’avoir ces niveaux de pollution dans la vallée de la rivière Ocreza », ont-ils interrogé.

CCC // SSS