1-1-e1669908198824-png
6181634_wm-3658331-9782518-jpg

Les directeurs de l’hôpital de Ponta Delgada reviennent et tenteront de « reconstruire » la balance

Emanuel Dias, directeur des services de chirurgie vasculaire – qui a rencontré vendredi le président du gouvernement des Açores, José Manuel Bolieiro, ainsi que des collègues responsables de la chirurgie générale, de l’orthopédie et de la médecine interne – a déclaré que « dans cette transition, il a demandé Le président se donne un canal direct avec le secrétariat régional à la santé pour tenter de régler le problème des barèmes avec les médecins de l’HDES, en revenant à ce qu’il était avant ».

Le président du gouvernement des Açores a déclaré vendredi avoir été assuré que les directeurs des services cliniques « changeraient de comportement » et retireraient leur démission, après le départ du président de l’hôpital de Ponta Delgada, qui a démissionné entre-temps.

« Je ne veux pas parler au nom des administrateurs, mais ce qu’ils m’ont dit, c’est que, compte tenu de ces solutions et de ces engagements, ils changeraient de comportement. Par conséquent, ce que j’interprète, c’est que le changement de comportement impliquera naturellement un retrait du licenciement », a-t-il déclaré.

Vingt et un des 25 directeurs des services de l’hôpital de Ponta Delgada ont démissionné vendredi, selon le médecin Emanuel Dias à Lusa, estimant que le président du gouvernement régional a été « trompé » par l’administration sur les barèmes.

Dans ses déclarations d’aujourd’hui à Lusa, le directeur des services de chirurgie vasculaire a assuré que pour remédier au problème, il reste la question de savoir si les médecins sont disponibles pour effectuer des heures supplémentaires au-delà de la limite de 150 heures imposée par la loi, qui « c’est une affaire personnelle question. »

« Ce que nous avons promis, nous quatre, au président, c’est que nous retirerions le papier de démission et tenterions avec les salariés de nos services de lever l’indisponibilité afin de pouvoir monter les barèmes », a déclaré Emanuel Dias.

Les autres directeurs des services HDES qui n’étaient pas présents à la réunion avec le président du gouvernement des Açores ont été informés des résultats de la réunion.

Lundi, il y aura une réunion avec tout le monde, mais la décision de se retirer du licenciement « est individuelle, appartient à chaque directeur », selon Emanuel Dias, qui a ajouté que le directeur des services de chirurgie, démissionnaire il y a un mois, « a accepté de reprendre leurs fonctions ».

« Détruire la structure est facile, ce qui a été fait par le conseil d’administration, la reconstruction doit être rapide mais cela ne dépend pas seulement des directeurs de services car c’est une décision personnelle », a-t-il déclaré.

Emanuel Dias a identifié qu’en cette première semaine de décembre, les « trous qui existent sont en chirurgie générale et en orthopédie », les médecins de ces services « parvenant à couvrir l’échelle jusqu’à jeudi », qui est couverte jusqu’au 7 décembre, mais le « La question qui se pose est de commencer le 8 et le 15 ».

« En plus de l’orthopédie et de la chirurgie générale, à partir du 15 décembre, 12 autres spécialités apparaîtront avec des trous si rien n’est fait », a précisé le responsable. clinique, qui a préservé l’engagement des médecins à servir les usagers de l’HDES dans des conditions normales.

Des médecins des trois hôpitaux publics de la région (Ponta Delgada, Angra do Heroísmo et Horta) ont exprimé, dans une pétition adressée au président du gouvernement régional, José Manuel Bolieiro, au vice-président de l’exécutif, Artur Lima, et à le secrétaire régional de la Santé et des Sports, Clélio Meneses, son indisponibilité pour effectuer des heures supplémentaires au-delà de la limite légale de 150 heures, ce qui pourrait mettre en péril le service des urgences dès décembre.

Il s’agit des déclarations du vice-président du gouvernement des Açores, qui a déjà déclaré qu’il n’avait « aucune intention d’offenser les médecins » lorsqu’il a évoqué les heures supplémentaires, après avoir été critiqué par le PAN, BE et le PS aux élections régionales parlement.

JME // PJA

Articles récents