1-1-e1669908198824-png

Les armateurs capverdiens obligés exclusivement de transporter pour être autorisés

L'ordonnance du ministère de l'Économie maritime approuvant le règlement d'immatriculation des compagnies maritimes pour le transport maritime interinsulaire, publiée mardi, est entrée en vigueur aujourd'hui et apparaît après que, en août 2019, CV Interilhas (dirigé par la société portugaise transinsulaire) a pris la relève de Concession de 20 ans du service public de transport maritime de passagers et de fret dans l'archipel.

Le règlement définit les conditions d'immatriculation des sociétés de navigation dans les services de l'administration maritime nationale et exige «l'exercice de l'industrie du transport maritime comme objectif exclusif de l'entreprise».

Les armateurs souhaitant assurer des liaisons maritimes de passagers et / ou de fret entre les îles du Cap-Vert doivent également disposer d'un capital versé égal ou supérieur à quatre millions d'escudos (36 milliers d'euros).

Ils sont également tenus d'avoir une flotte construite par "un navire sous gestion technique et / ou commerciale, y compris la propriété d'affrètement, avec une certification de classe pour les navires effectuant des voyages nationaux" et doivent "disposer de ressources humaines appropriées et techniquement qualifiées".

Toutefois, le règlement prévoit que les compagnies maritimes actuelles, enregistrées auprès de l'administration maritime et dédiées à l'exercice de l'industrie du transport maritime, des échanges de passagers, du fret général ou mixte, «sont considérées comme titulaires d'une licence temporaire pour l'exercice», ayant un « période de transition jusqu'au 24 septembre 2021 ».

Avant la concession de la concession de transport maritime au Cap-Vert à CV Interilhas – la seule à exploiter des liaisons maritimes depuis près d'un an -, les liaisons étaient assurées par différents armateurs. Cette nouvelle société appartient à 51% à Transinsular (groupe portugais ETE) et à 49% à 11 armateurs capverdiens, dont certains affrètent à leur tour des navires à CV Interilhas.

Il y a environ une semaine, l'homme d'affaires Adriano Lima, propriétaire du navire Mar d'Canal, actuellement arrêté et l'un des plus anciens opérant dans l'archipel, a annoncé son intention de reprendre en août sa carrière régulière entre les îles de São Vicente et Santo Antão. Le navire a 47 ans et transporte des passagers et du fret depuis 17 ans sur cette route, la plus fréquentée de l'archipel.

La liaison entre les deux îles est également assurée par CV Interilhas, via le nouveau navire «Chiquinho BL», navire entré en service cette année.

PVJ // VM

Articles récents