1-1-e1669908198824-png
7-acores-4238686-4471885-jpg

L’épouse d’un membre du gouvernement des Açores démissionne d’un poste sous la tutelle de son mari

L’épouse du secrétaire à l’Agriculture du gouvernement des Açores a démissionné du poste, remporté par appel d’offres public, de directeur des services sous la tutelle de son mari, rejetant le « faux soupçon de privilège », révélé aujourd’hui à l’agence Lusa.

« Je n’ai aucun attachement aux positions ou au leadership. Je suis attaché à mon prestige professionnel. Pour lui, et seulement pour lui, j’abdique le poste auquel j’ai postulé par concours, n’ayant jusqu’à présent pas accepté la nomination, ni signé le mandat », a déclaré Fernanda Ventura à l’agence Lusa.

Dans une prise de position écrite, l’ingénieur zootechnicien ajoute que son parcours professionnel a été « toujours guidé par les valeurs de loyauté, de diligence, de compétence et de fierté » et soutient que cela « n’était pas une nomination de confiance personnelle ou politique ».

Le 27 décembre, le Journal officiel a publié la nomination de Fernanda Ventura au poste de directrice des services d’appui à l’investissement et à la compétitivité, intégrée à la direction régionale du développement rural, supervisée par le secrétaire à l’agriculture et au développement rural du gouvernement des Açores (PSD/ CDS -PP/PPM), dirigé par António Ventura.

La nomination intervient après un concours public, le jury considérant que Fernanda Ventura avait le « profil requis pour l’exercice des fonctions inhérentes au poste », selon l’ordonnance.

Fernanda Ventura, qui est technicienne supérieure à la Direction régionale du développement rural depuis le 20 octobre 2010, affirme qu’elle « n’a jamais mêlé sa vie personnelle ou institutionnelle avec l’impartialité et l’impartialité » de ses décisions professionnelles.

La spécialiste de Dairy Technology « rejette les insinuations ou attaques de caractère », quels qu’ils soient », et souligne qu' »elle n’a jamais eu d’intérêt ni de motivation pour une carrière politique ».

«Je crois au principe républicain selon lequel personne ne devrait être privilégié ou favorisé en raison de sa race, de son sexe, de ses croyances ou de sa filiation. Je défends le même principe, et je crois aussi, avec la même intensité, que personne ne doit être lésé pour les mêmes raisons », souligne-t-il.

Selon lui, les « atteintes au caractère » dont il a été la cible « portent atteinte à la vie normale des professionnels de l’administration publique, qui n’entendent que progresser dans leur carrière ».

« Je n’accepte pas d’être sous de faux soupçons de privilège. Personne ne paiera le préjudice professionnel qu’ils m’accusent, mais personne n’est ou ne sera au-dessus de ma droiture et de mon image non plus », souligne-t-il.

Le 28 décembre, dans des déclarations à RTP/Açores, le secrétaire à l’Agriculture, António Ventura, a défendu que sa femme « avait accès à un concours comme n’importe quel Açorien », rappelant que la procédure « ne se limitait pas à être l’épouse d’un dirigeant ou un politicien au service ».

« Ma femme est une citoyenne, une Açorienne comme les autres, et elle a postulé à un appel d’offres public, avec épreuve écrite et orale. Il a été classé premier et je n’y vois aucun mal », a déclaré le secrétaire régional de l’exécutif açorien dirigé par le social-démocrate José Manuel Bolieiro, qui a pris ses fonctions en novembre 2020, après 24 ans de gouvernance du PS.

Le 5 janvier, Chega a demandé des explications à l’exécutif régional sur les contours de cet appel d’offres, pour « une question de transparence et de clarification », entendant savoir si toutes les étapes et règles d’appel d’offres ont été respectées sans l’intervention du secrétaire régional.

Le jury du concours était composé des directeurs régionaux de l’agriculture et des forêts, des directeurs des services de développement agraire des îles de São Miguel et de Terceira et du président de l’Institut régional de planification agraire.

En plus d’être technicienne à la direction du développement rural, Fernanda Ventura a été technicienne supérieure à l’Institut pour le financement de l’agriculture et de la pêche (de 1997 à 2010) et professeur de mathématiques au troisième cycle de l’enseignement fondamental (entre 1996 et 1997).

Articles récents