« C’est une décision qui nous réjouit car c’est un droit fondamental dans le système démocratique et qui pourra être exercé par des centaines de milliers de Portugais le 30 », a déclaré João Cotrim de Figueiredo.

En marge d’une action de campagne à Almada, dans le quartier de Setúbal, dédié aux transports, le libéral a toutefois souligné que cette décision avait été une nouvelle fois « prise à la dernière minute ».

« Mais la satisfaction que nous avons pour l’exercice du droit de vote portugais est plus grande que le mécontentement du Portugal, encore une fois, réagissant tardivement aux choses », a-t-il assumé.

Les électeurs isolés en raison du covid-19 pourront quitter leur domicile pour voter le 30 janvier, a annoncé aujourd’hui le ministre de l’Intérieur, ajoutant que le gouvernement recommandera une heure précise.

« La période la plus adaptée sera probablement la dernière heure, entre les six heures [da tarde] et sept », a déclaré Francisca Van Dunem.

La décision du gouvernement intervient après que l’avis du conseil consultatif du bureau du procureur général (PGR) sur le vote des électeurs isolés en raison du covid-19 lors des élections législatives anticipées est parvenu au ministère de l’administration intérieure.

João Cotrim de Figueiredo en a profité pour rappeler que l’IL a attiré l’attention sur ce problème il y a plus d’un mois et a proposé, il y a environ 10 mois, que les élections puissent se tenir sur deux jours consécutifs, mais aucun des autres partis ne pensait, à la temps, que cela valait même la peine d’être discuté.

Le libéral a également laissé un mot particulier de remerciement aux personnes qui se rendront dans les bureaux de vote le 30, notamment pour « l’effort supplémentaire » qu’elles fourniront pour le fonctionnement de la démocratie.

Concernant le retard de l’avis du PGR, le président de l’IL a avoué qu’il n’avait toujours pas eu le temps de le lire et, par conséquent, il ne sait pas si la densité de ce qui s’y trouve justifiait le temps qu’il a fallu pour le produire.

« Mais je pense que dans les deux cas, il y a plus de responsabilité dans le caractère tardif de la demande d’avis que dans le retard dans sa préparation », a-t-il soutenu.

Le ministre de l’Intérieur a indiqué que la période entre 18h00 et 19h00 est la plus appropriée « car à ce moment-là il y a déjà un grand nombre d’électeurs qui ont déjà voté et c’est possible pour ceux qui sont dans les bureaux de vote avoir une protection supplémentaire ».

Concernant le nombre de personnes qui pourraient être en confinement au 30 janvier, le ministre a indiqué qu’il n’est pas possible d’avancer avec le nombre, soulignant que seuls ceux qui sont aujourd’hui en isolement sont connus.

Actuellement, 600 000 personnes sont en isolement prophylactique en raison du covid-19, mais environ 30 % ne sont pas en mesure d’exercer leur droit de vote.

SVF (CMP) // LFS