Dans la note, transmise par le ministère de l’Environnement et de l’Action pour le climat, la tutelle informe que « le tribunal arbitral a conclu dans le sens de déclarer le contrat résilié du fait du manquement définitif de l’Etat » et qu’en conséquence « l’Etat est condamné à restituer à EDP » le montant de près de 218 millions d’euros, « qu’elle avait payé au moment de la signature du contrat, en contrepartie financière du droit exclusif d’explorer Fridão pendant la période de concession ».

La tutelle a toutefois souligné que cette décision déclarait les « demandes d’indemnisation » d’EDP comme « non fondées ».

« EDP réclamait une indemnisation pour des dommages émergents ou des dépenses inexploitées pour un ensemble de charges qu’elle devait supporter en vue du développement du projet (frais administratifs et financiers, dépenses pour l’acquisition de biens et services et coûts de main-d’œuvre interne), ainsi que que le paiement d’intérêts de retard », lit-on dans la même note.

Selon le Gouvernement, « le tribunal a considéré les charges administratives et les coûts salariaux comme inéligibles aux fins d’indemnisation », et, « pour le reste, les projections de la valeur actualisée nette du projet présentées, soit par EDP et l’Etat, créé un doute constant au sein du tribunal quant à savoir si l’exploration de Fridão générerait jamais des gains pour EDP, même de valeur résiduelle ».

« Cela signifie que, si le projet s’était poursuivi, EDP aurait pu subir des pertes », souligne le ministère, notant que « c’est pourquoi le tribunal arbitral a décidé qu’il n’y avait pas lieu de payer les demandes d’indemnisation, à savoir les charges financières et d’acquisition ». ainsi que les intérêts de retard ».

Le 16 juillet 2019, le ministre de l’environnement et de la transition énergétique de l’époque, João Pedro Matos Fernandes, a réitéré au parlement que le gouvernement ne restituerait pas d’argent à EDP, qui était destiné à la construction du barrage de Fridão, faisant référence au fait qu’il s’agissait de l’entreprise se retirer du projet.

« Si [a EDP] renoncer à faire [a barragem], vous perdez les sommes que vous avez versées lors de son achat. Quand c’est l’État qui prend la décision de ne pas le faire, il doit rembourser EDP lui-même », a souligné João Pedro Matos Fernandes lors d’une audition parlementaire, à la demande du CDS, concernant le barrage, qui serait construit dans la municipalité d’Amarante, dans le quartier de Port.

L’enjeu est un montant d’environ 218 millions d’euros, versé par EDP en contrepartie financière de l’exploitation de 75 ans du barrage de Fridão, situé dans la municipalité d’Amarante, district de Porto, que la compagnie d’électricité a estimé qu’il devait être retournés, et le gouvernement a compris qu’il n’y avait aucun droit à un quelconque remboursement.

Lusa a contacté EDP et attend une réponse.

ALYN (JML/AC/SYSM/APM) // CSJ