Le jugement de l’appel d’EDP Produção contre l’amende qui lui a été infligée, en 2019, par l’Autorité de la concurrence (AdC), entamé en octobre 2021, a des plaidoiries finales prévues pour le 6 juillet, devant le Tribunal de la concurrence, de régulation et de surveillance (TCRS) , à Santarém, a admis la possibilité de suspendre la procédure préjudicielle à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

En réponse à l’invitation faite par le juge Sérgio Sousa aux sujets de procédure de réfléchir aux éventuelles questions qu’ils jugeaient pertinentes de poser à la CJUE, au cas où elle statuerait sur la décision préjudicielle, l’AdC et l’EDP ont présenté leurs suggestions, dans des demandes attaché au processus, consulté aujourd’hui par Lusa.

Tous deux disent ne pas voir la nécessité que cette diligence ait lieu, l’Autorité de la concurrence rappelant qu’elle conduirait à un « report inutile » d’une décision de justice.

Un renvoi préjudiciel est possible dès lors qu’une question d’interprétation nouvelle est soulevée et qu’elle présente un intérêt pour l’application uniforme du droit de l’Union ou lorsque la jurisprudence existante ne permet pas de faire face à une situation juridique nouvelle.

Dans la condamnation prononcée par l’AdC, EDP — Gestão da Produção de Energia, SA (EDP Produção) est accusée d’avoir, pendant cinq ans (de 2009 à 2013), manipulé son offre de service de télérégulation ou bande de régulation secondaire.

Selon la décision de l’AdC, avec cette pratique, EDP Produção a limité l’offre de capacité de ses usines qui bénéficient d’une compensation publique dans le cadre du régime CMEC (coûts contractuels de maintien de l’équilibre), renforçant les usines dans le régime de marché, « afin de au point d’en bénéficier doublement, au détriment des consommateurs ».

La bande de régulation secondaire ou télérégulation est le service qui garantit que, à tout moment, les consommateurs reçoivent l’énergie électrique dont ils ont besoin, en équilibrant la production des centrales et la consommation des familles et des entreprises, explique l’AdC.

Les CMEC ont été créées par le Gouvernement en 2004 pour garantir aux centrales électriques une rémunération équivalente à celle qu’elles pourraient obtenir en échange de la résiliation anticipée des contrats d’acquisition d’électricité (CAE) qu’elles avaient signés avec REN.

Prévus aujourd’hui, les réquisitoires ont fini par être reportés à la semaine prochaine, le parquet et l’AdC ayant eu un délai pour exercer le contradictoire concernant un avis de l’ancien juge du Tribunal de l’Union européenne Ian Forrester, ensemble avec l’EDP.

Dans cet avis, dont la traduction est parvenue lundi en fin d’après-midi, Ian Forrester propose que la décision de l’AdC soit annulée ou renvoyée pour réexamen ou, à défaut, que l’amende soit substantiellement réduite, car, notamment, considérant qu’EDP s’est conformée avec toutes les demandes de REN et qu’il n’y avait pas d’identification des connexions et des interdépendances des différents producteurs d’électricité dans les différents services du système.

Le 30 mai, l’AdC avait joint un deuxième avis juridique préparé par Richard Whish, professeur de droit de la concurrence à King’s College University (qui avait déjà rendu un avis sur les allégations en réponse à l’appel d’EDP), qui corrobore la position de l’Autorité de la concurrence. sur la pratique de l’abus de position dominante.

La Cour s’appuie également sur l’avis de Steffen Hoerning, professeur à Nova SBE, dont la nomination comme conseiller technique au TCRS pour ce procédé a été contestée par EDP, pour avoir été le directeur de thèse d’un conseiller à l’AdC, ayant cependant été la cause de suspicion soulevée a été écartée.

Stephen Hoerning conclut, dans l’avis du 26 avril, qu’il y avait en fait une « stratégie » d’EDP pour empêcher que les bourses du CMEC soient choisies pour fournir une bande de régulation secondaire et pour tenter de sensibiliser REN aux « pertes » dans l’examen réunions du CMEC, en donnant comme exemple l’introduction, en 2010, de restrictions supplémentaires aux simulations de Valorágua.

Le processus est né d’une étude de l’Entidade Reguladora dos Serviços Energéticos (ERSE) qui a analysé la formation des prix sur le marché des services de système dans le secteur national de l’électricité, demandant à l’ERSE de l’AdC, en mars 2013, d’analyser et d’identifier les pratiques possibles. qui constituent des manquements au cadre légal de la concurrence.

En novembre 2013, l’AdC a recommandé au gouvernement une révision du régime CMEC, car il comprenait qu’il impliquait des risques de surcompensation dans l’aide d’État accordée à EDP Produção en raison de la résiliation anticipée des AAE, ainsi qu’un audit indépendant pour évaluer risques de surcompensation.

En avril 2014, le secrétaire d’État à l’Énergie de l’époque, Artur Trindade, a ordonné un audit de REN pour déterminer le risque de surcompensation dans le mode de calcul de la révisibilité des installations couvertes par le mécanisme CMEC et d’éventuelles distorsions de concurrence.

L’audit, réalisé par Brattle, et l’avis de la commission qui a suivi ces travaux ont identifié des problèmes d’ordre réglementaire et contractuel et l’apparition éventuelle de distorsions de concurrence, dans le cadre du fonctionnement du marché secondaire de la bande de régulation (service de télérégulation).

L’ERSE et l’AdC ont détecté des signes de faibles niveaux d’utilisation des centrales CMEC dans la fourniture de services de télérégulation, par rapport aux centrales hydroélectriques en régime de marché, ce qui peut avoir été à l’origine de la hausse des prix du marché au cours de la période en question.

EDP ​​prétend que les échanges du CMEC sont concentrés sur le marché tertiaire, les rendant ainsi indisponibles pour le service de télérégulation et se réfère à des déclarations de témoins lors du procès qui ont pointé des erreurs et des omissions dans le modèle de simulation de marché réalisé par le groupe Brattel.

La société déclare que des problèmes tels que les pertes et les défauts générés par l’utilisation du modèle Valorágua n’ont pas été pris en compte, ignorant l’impact sur les revenus réellement gagnés, soulignant qu’un « raisonnement rétroactif abstrait » devient « grossier et faux ».

MLL // JNM