Tout d’abord, la pandémie de covid-19, qui a conduit à la nouvelle fermeture, en janvier, de cinémas à travers le pays. S’en sont suivis sept mois de travaux, d’une valeur de 2,55 millions d’euros, et après dix mois, le Théâtre national de São João (TNSJ) rouvre avec un « visage lavé ».

Dans une interview écrite à l’agence Lusa, le président du conseil d’administration du TNSJ, Pedro Sobrado, affirme que ce travail est essentiel à deux niveaux : « D’une part, nous garantissons la préservation d’un Monument National dont nous sommes gardiens et fiduciaires fidèles; d’autre part, nous avons préparé São João pour 25 autres années d’activité, c’est-à-dire de production et d’exposition théâtrale ».

Il y a eu plusieurs interventions, mais la « plus expressive a eu lieu au cœur du Théâtre, la loge ».

« En plus du remplacement de la scène elle-même et de sa mise à niveau, nous avons modernisé l’architecture de la scène, avec l’introduction de nouveaux poteaux et consoles de scène motorisés. En ce qui concerne la structure scénique, nous sommes particulièrement bien équipés », a-t-il souligné.

Le cœur de São João se prépare maintenant pour la pré-présentation de « Lear », de William Shakespeare, mise en scène par le directeur artistique de TNSJ, Nuno Cardoso, qui s’ouvre le 6 novembre.

Vendredi, ainsi que samedi et dimanche, il sera possible de voir gratuitement les deux premiers actes de la pièce, car il était important de « rouvrir São João également avec du théâtre », que Pedro Sobrado assume comme un « priorité légale ».

Un spectacle comme « Lear », dit l’administrateur, « reprend une œuvre d’un grand héritage dramatique pour déranger aujourd’hui et questionner ce qui est à venir ».

« Il est intéressant qu’à une époque où São João inaugure une nouvelle scène et de nouvelles machines d’éclairage, de son et de scène, Nuno Cardoso utilise d’anciens matériaux de théâtre dans la scénographie et les costumes. C’est une manière d’honorer les 25, 30 dernières années de São João, qui coïncident avec la période la plus heureuse de l’histoire de ce théâtre, mais aussi une affirmation que le théâtre est une fabuleuse machine pour la circulation de la mémoire culturelle de l’humanité » , observa-t-il.

L’analyse de cette « fabuleuse machine », comme le dramaturge américain Marvin Carlston le « défend brillamment », sera également à l’étude lors du colloque international sur les Théâtres nationaux, dont les honneurs d’ouverture reviennent précisément à Carlston.

L’événement rassemble « près de deux douzaines de directeurs et anciens directeurs de Théâtres nationaux du monde entier, de l’Ecosse à l’Afrique du Sud et de l’Allemagne à l’Argentine, en passant par la Belgique, la Roumanie, la Tunisie ».

La programmation de la saison prochaine suit la devise « O Centenário se termine ici », mais la réouverture est également marquée par l’ouverture d’une exposition « 10 actes 100 ans », sur le centenaire de ce bâtiment, qui a été reporté en raison de la pandémie de covid-19.

Après les sept mois d’intervention, qui se sont avérés « rares, car la pandémie a dérégulé les chaînes d’approvisionnement en équipements et matériels », le TNSJ rouvre dans les délais, avec les travaux de réhabilitation de l’intérieur et de modernisation de l’architecture scénique « achevés au plus ils étaient planifiés ».

Pedro Sobrado rappelle que « les travaux réalisés n’ont pas consisté en une réhabilitation complète du bâtiment, notamment parce que les fonds disponibles pour les travaux ne le permettaient pas, mais il s’agit d’une intervention expressive et très pertinente ».

Parmi les interventions figurent la «rénovation des installations électriques et des systèmes de climatisation, le renforcement des mécanismes de sécurité incendie, la récupération des espaces et des éléments architecturaux, la correction des anomalies d’infrastructure, telles que les infiltrations d’eau et l’amélioration de l’efficacité énergétique».

Cependant, « le TNSJ est un projet en cours qui appelle toujours plus de construction », souligne l’administrateur, notant qu’il ne fait pas référence, « évidemment, à des problèmes d’infrastructure », même si la réhabilitation du monastère de São Bento da Vitória est un objectif futur.

ILYD // TDI

Le contenu du Teatro Nacional São João rouvre vendredi préparé « pour 25 autres années d’activité » apparaît en premier à Visão.