1-1-e1669908198824-png

Le syndicat dénonce le remplacement des grévistes à Portway et l’entreprise rejette l’accusation

Le Syndicat national des travailleurs de l’aviation civile (Sintac) a dénoncé aujourd’hui au gouvernement et à l’Autorité des conditions de travail (ACT) l’embauche de services externes pour remplacer les grévistes de Portway, ce que la compagnie rejette.

« Le Sntac a notifié ce vendredi 26 août au matin, l’Autorité des conditions de travail et le ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité que Portway a eu recours à la sous-traitance de services extérieurs pour remplacer les grévistes », lit-on dans une note publiée aujourd’hui.

En jeu, ce sont les services de ‘push-back’ (un tracteur qui pousse les avions sur la piste), précise la structure syndicale.

Interrogée par Lusa, une source officielle de Portway a assuré que l’entreprise « n’a pas fait appel à des services extérieurs pour faire face à la grève », notant que, « qui peuvent légitimement le faire, ce sont les compagnies aériennes et les aéroports ».

Portway a également souligné que l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) et l’ACT « sont sur le terrain pour vérifier la légitimité de toutes les situations ».

Les travailleurs de Portway ont entamé aujourd’hui une grève de trois jours dans les aéroports de Lisbonne, Porto, Faro et Madère, à l’appel de Sintoc, qui a entraîné l’annulation de plus de huit douzaines de liaisons.

La grève, prévue aujourd’hui, samedi et dimanche, remet en cause « la politique RH [recursos humanos] assumées ces dernières années par Portway, société du groupe Vinci, d’affrontement et de dévalorisation des travailleurs par des manquements consécutifs à l’Accord d’Entreprise, d’affrontement disciplinaire, d’absence d’actualisation des salaires, de fausse représentation des évaluations de performance qui évitent les progressions salariales et de mauvaise foi dans les négociations », a souligné le syndicat.

Dans la note envoyée à l’ACT et au gouvernement, Sintoc a rappelé que le remplacement des grévistes « est un crime selon la loi », soulignant que, jusqu’à présent, Ryanair / Groundlink et Groundforce ont été les entreprises qui se sont mises à disposition pour effectuer ce service. .

Le Syntac a également estimé « l’arrêt général » des travailleurs aux aéroports de Lisbonne, Porto, Faro et Madère.

L’avis prévoit l’arrêt général des travailleurs de la société d’assistance au sol, dans les aéroports de Lisbonne, Porto, Faro et Madère, à partir de 00h00 aujourd’hui et se terminant à 24h00 dimanche.

La structure syndicale accuse Portway de favoriser un « climat de terreur psychologique, où les menaces et les procédures disciplinaires prolifèrent, créant une instabilité sociale sans précédent dans l’histoire de l’entreprise », et les travailleurs exigent le respect de l’accord d’entreprise de 2016 et une évaluation des performances qui ne ne servent pas à prévenir les progressions.

Syntac souhaite également le paiement à 100% des congés à tous les travailleurs et des mises à jour salariales immédiates, qui tiennent compte de l’inflation.

ANA – Aeroportos de Portugal et Portway ont mis en garde jeudi contre de possibles perturbations dans 22 compagnies aériennes opérant dans les aéroports nationaux.

Le syndicat et Portway ne sont pas parvenus à un accord sur la définition des services minimaux pour la grève, après une réunion avec la Direction générale de l’emploi et des relations du travail (DGERT).

Cependant, Sintoc s’est dit conscient que des salariés d’entreprises de travail temporaire, « avec une expérience quasi nulle, peuvent être sollicités, ce qui pourrait mettre en péril la sécurité des vols ». À son tour, Portway a déclaré qu’il « rejette fermement toute accusation de concessions ou de facilitations opérationnelles ».

Cette semaine, Sintoc a également accusé le gouvernement d’avoir lancé une ordonnance « qui viole le droit de grève » des travailleurs de Portway qui fournissent une assistance aux personnes à mobilité réduite dans les aéroports nationaux et a demandé l’intervention de l’Autorité pour les conditions de travail (ACT). ), assurant que Portway « compromet » les droits des travailleurs.

PE (ALYN/MPE/DF) // JNM

Articles récents