1-1-e1669908198824-png
le-syndicat-appelle-a-la-greve-des-enseignants-pour-tout

Le syndicat appelle à la grève des enseignants pour tout le mois de janvier

Le Syndicat de tous les enseignants (S.TO.P) a déclaré une grève pour tout le mois de janvier 2023, en guise de protestation contre les dernières décisions gouvernementales, à savoir le transfert de l’Éducation aux Commissions de coordination et d’aménagement du territoire (CCDR) .

L’arrêté du Conseil des ministres n.º 123/2022, publié mercredi, détermine le transfert, le partage et l’articulation des attributions des services périphériques de l’administration directe et indirecte de l’État dans les commissions de coordination et de développement régional.

Après cette dépêche, « le S.TO.P. a déjà envoyé des préavis de grève pour chaque jour de janvier », car il est « très grave » de passer d’une « entité centralisée au niveau national à des entités régionales », a-t-il déclaré aux journalistes aujourd’hui, devant la Faculté d’économie de Coimbra (FEUC), le coordinateur national du S.TO.P., André Pestana.

Il appartient désormais aux comités régionaux de coordination et de développement de « suivre, coordonner et soutenir l’organisation et le fonctionnement des écoles et la gestion des ressources humaines et matérielles respectives, en favorisant le développement et la consolidation de leur autonomie », lit-on dans la dépêche publiée dans Journal de la République.

« Les enseignants ont clairement démontré avec cette lutte qu’ils ne veulent pas, en fait, dépendre de plaire aux gens avec des profils ou d’autres méthodes ou critères subjectifs, et donc, clairement, nous voulons maintenir la diplomation professionnelle comme seul critère de placement, en de manière transparente, avec une liste dans laquelle chacun peut vérifier s’il y a eu ou non des dépassements indus », a-t-il souligné.

André Pestana en a profité pour interpeller le ministre de l’Éducation, João Marques Costa, de tenir une séance de clarification commune, un débat ou une conférence de presse, avec les responsables syndicaux pour clarifier la population.

LES RECORDS. refuse que la gestion des écoles, notamment en ce qui concerne le personnel enseignant, passe aux comités de coordination et de développement régional, notamment avec la création du conseil local des directeurs intercommunaux pour la répartition des enseignants, car cela enlève « la transparence au processus ” et nuit par conséquent à l’apprentissage des élèves à l’avenir.

Pour samedi, une manifestation nationale est prévue sur la Praça Marquês de Pombal, à Lisbonne, et à ce moment-là, les enseignants discuteront de la suspension ou de la poursuite de la grève.

Une grève illimitée déclenchée par le S.TO.P. il se déroule depuis vendredi pour protester contre les propositions de modification des appels d’offres et pour exiger des réponses à d’anciens problèmes.

LYFR (MYCA) //

Articles récents