Le programme Womex 21 Films est une « sélection triée sur le volet de 24 documentaires musicaux, comprenant des nouveautés, des avant-premières et des premières internationales, et sera projeté à Alfândega do Porto – dans la salle de cinéma et la cinémathèque -, et au cinéma Passos Manuel, a révélé l’organisation aujourd’hui, sur son site officiel.

« Womex Film présentera une sélection de documentaires qui présentent de la musique, des mouvements et des histoires du monde entier. Le programme est une opportunité pour les cinéastes, artistes, producteurs et distributeurs d’atteindre de nouveaux marchés et d’explorer d’autres canaux de distribution et de production. en même temps, il apporte « des nouveautés, des avant-premières, des premières internationales, divisées en marché et bibliothèque publique et numérique ».

« África Express Presents : Egoli », du réalisateur Denholm Hewlett, 25 ans, dure 35 minutes, et sera projeté du 28 au 30 octobre à la Cinémathèque, dans le bâtiment Porto Alfândega, raconte le processus créatif derrière l’album Africa Express « Egoli », enregistré pendant une semaine à Johannesburg, Afrique du Sud, en 2018.

Le documentaire présente « des collaborations intimes et des personnages fascinants » selon sa présentation, et présente des artistes tels que BCUC, BLK JKS, Blue May et Damon Albarn (chanteur des groupes Blur et Gorillaz), entre autres.

« Aleluia, O Canto Infinito do Tincoã », de Tenille Bezerrat, dure 70 minutes et est projeté du 28 au 30 octobre à la Cinémathèque d’Alfândega.

Le documentaire « Canto Infinito do Tincoã » suit le « monde imaginaire créé par le mélange unique » du chanteur et compositeur Mateus Aleliua, entre « musique, rituels religieux et mode de vie ».

Aleluia est un « personnage vraiment inspirant, atteignant son apogée créatif à l’âge de 77 ans, et de plus en plus acclamé par le public et les critiques au Brésil et dans le monde », lit-on dans la note explicative du site officiel de Womex Films 2021.

« Silêncio, Vozes de Lisboa », réalisé par Judit Kalmár et Céline Coste Carlisle, a 87 minutes et sera projeté le 30 octobre, au Cinéma Passos Manuel. Le documentaire se déroule dans le contexte d’une Lisbonne anoblie, qui explore la relation entre les chanteurs de fado et le monde en constante évolution qui les entoure.

« Nous avons accompagné Ivone Dias et Marta Miranda, deux femmes artistes de générations différentes qui luttent pour la survie de leur art et de leur communauté. La langue commune est le fado, un style musical traditionnel portugais qui parle de la lutte quotidienne de la vie ».

« Le début, le milieu, la fin et l’infini », de Pedro Coquenão, dure 29 minutes et est projeté le 30 octobre dans la salle Fim d’Alfândega do Porto.

Le documentaire raconte l’histoire de deux êtres d’un temps et d’un espace lointains, immunisés contre presque tout, qui ont été physiquement et mentalement brûlés lorsqu’ils sont entrés en contact avec la normalité actuelle. Des conversations sont présentées sur « des sujets fondamentaux tels que l’eau, la mobilité, le commerce équitable, la santé mentale et la complicité » ; « Le contact avec des bobines avec des enregistrements de terrain réalisés par Hugh Tracey, en Angola dans les années 1950 », est également abordé, ainsi que « le voyage dans le temps et l’utilisation obsessionnelle des piles électroniques des années 80 ».

« Black Rhapsody » de Lucas Silva, « Moonscape » de Mona Benyamin, « Sing my sister – A film trilogy » d’Alzira Guetza, André Bahule et Karen Boswall, « Love in the Face of Genocide » de Shero Hinde, « Halel », de Ben Kirchenbaum et Shye Ben Tzur, « Rumba Rules, Nouvelles Généalogies », de David Nadeau-Bernatchez et Sammy Baloji, entre autres, sont des documentaires qui seront également projetés au Womex, le salon international de la musique du monde que cette année il faut lieu à Porto.

Le Womex Worldwide Music Expo est le plus grand salon des musiques du monde du secteur et se déroule cette année à Porto, sur cinq jours, avec 60 spectacles « show case », dans huit salles différentes. On estime que 2 500 professionnels sont impliqués dans la production de l’événement.

Lors de la présentation du festival, le 28 juillet de l’année dernière, au Teatro Rivoli, il a été annoncé qu’il impliquerait un investissement national d’environ 1,7 million d’euros, y compris le soutien du ministère de la Culture (200 mille euros), de Turismo de Portugal et la Chambre de Porto (620 mille euros).

« Aujourd’hui, c’est un monument historique. Cette idée de vouloir amener Womex au Portugal existe depuis plus de 20 ans », a déclaré, à l’époque, le directeur général d’AMG Music, António Miguel Guimarães, producteur chargé de la tenue de l’événement au Portugal.

Au cours des cinq jours de Womex, plus de 260 artistes de tous les continents sont attendus, environ 520 éditeurs et distributeurs, quatre cents institutions gouvernementales et éducatives, huit cents agents, plus de 610 managers et 300 producteurs, dont environ 1 250 entreprises de plus de 50 les pays s’y joindront.

Pour António Miguel Guimarães, Womex sera « vital » pour la réorganisation du monde de la musique à l’ère post-covid-19, lorsque tout s’est effondré. Le salon doit permettre de réactiver les contacts, de projeter l’avenir, de relancer la carrière des artistes.

Womex crée une expérience pour les conservateurs, les directeurs d’éditeurs, entre autres, pour découvrir de nouveaux musiciens, des projets et réfléchir sur des opportunités de programmation alternatives (…), renforçant la conversation entre la communauté mondiale de la musique et du cinéma », explique l’organisation du ‘ site officiel.

Le dernier Womex, un événement de renommée mondiale pour les professionnels de l’industrie musicale, avec plus de 26 ans d’histoire, a eu lieu en 2020, à Budapest, en Hongrie, et l’avant-dernier Womex, à Tamper, en Finlande, en 2019.

Le Covid-19 a fait au moins 4 646 416 décès dans le monde, parmi plus de 225,72 millions d’infections par le nouveau coronavirus enregistrées depuis le début de la pandémie, selon le dernier bilan de l’Agence France-Presse.

Au Portugal, depuis mars 2020, 17 882 personnes sont décédées et 1 058 347 cas confirmés d’infection ont été enregistrés, selon les données de la Direction générale de la santé.

La maladie respiratoire est causée par le coronavirus SARS-CoV-2, détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine, et actuellement avec des variantes identifiées dans des pays comme le Royaume-Uni, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Brésil ou le Pérou.

Le programme des films et des conférences, déjà annoncé, peut être consulté sur www.womex.com.

CCM // MAG

Le contenu Womex World Music Fair montre 24 documentaires à Porto en octobre apparaît d’abord à Visão.