« Au début, je pensais devoir me confronter à l’identité brésilienne et cela m’a conduit à plusieurs réflexions, et l’une des questions fondamentales est celle de la musique populaire », a déclaré Sérgio Tréfaut à l’agence Lusa.

Fils d’une mère française et d’un père portugais – le journaliste Miguel Urbano Rodrigues -, Sérgio Tréfaut est né et a vécu au Brésil jusqu’à la fin de l’enfance, mais la famille a fini par quitter le pays, s’exilant en France et, plus tard, déjà après la naissance Révolution d’avril 1974, retour au Portugal.

Tréfaut, réalisateur, producteur, ancien programmateur, a 56 ans, triple nationalité, un accent qu’il définit comme « rafeiro, cabot », fait d’un métissage culturel de trois pays, et avoue se sentir « incomplet nulle part ».

« Je voulais revenir [ao Brasil] depuis l’âge de dix ans, avec un besoin de se confronter au pays où j’ai passé mon enfance. Quand vous atteignez 50 ans, c’est « maintenant ou jamais », même si vous entrez dans la pire phase du Brésil », a reconnu Tréfaut, qui a activement critiqué la présidence de Jair Bolsonaro.

« Paraíso » est donc le résultat de l’approche du Brésil de Sérgio Tréfaut, réalisée à travers la musique populaire brésilienne, à l’échelle d’un jardin de Rio de Janeiro, où se déroule pratiquement toute la narration du documentaire.

« Je suis allé chercher ce que j’aimais dans ce pays, et c’est dans cet endroit que je l’ai trouvé », résume-t-il.

Dans le documentaire, Tréfaut a enregistré des hommes et des femmes, tous âgés, qui se réunissent régulièrement dans les jardins du Palácio do Catete (qui abrite le Museu da República) pour chanter des sambas, des choros et d’autres chansons du patrimoine commun brésilien. On les appelle « serestas », une dérivation des sérénades.

« Le paradis » parle de « personnes considérées comme consomptibles au regard des valeurs contemporaines, et qui attendent la fin de leur destin, et qui sont empêchées d’accéder au bonheur », a déclaré le réalisateur.

Pour Sérgio Tréfaut, cette communauté, qu’il a trouvée dans les jardins du Palácio do Catete, « transporte quelque chose d’un ancien Brésil qui s’est effacé ».

Le film a été réalisé entre fin 2019 et début 2020, c’est-à-dire avant la pandémie de covid-19, qui a eu un impact particulièrement violent au Brésil.

Sérgio Tréfaut voulait avoir filmé et parlé davantage avec cette communauté, qui ne chantait pas régulièrement dans ces jardins à cause de la pandémie. Il a monté le film avec les images qu’il avait et l’a dédié aux protagonistes, notamment ceux qui sont déjà décédés, victimes du nouveau coronavirus.

A son retour au Brésil, Tréfaut a retrouvé « un sentiment d’impuissance ».

« Dans la stratégie de Bolsonaro, il y a la liberté de la presse officielle. seulement ça [as pessoas] ils se sentent impuissants. Le pouvoir de l’argent est si grand… la situation brésilienne s’explique par l’attitude mercenaire des députés », a-t-il affirmé.

Alors que « Paraíso », qui clôturait le festival IndieLisboa, il y a un peu plus d’une semaine, Sérgio Tréfaut termine le film « La mariée », inspiré des histoires vraies de filles qui ont rejoint les combattants de l’État islamique autoproclamé, et prépare un nouveau projet courir au Brésil.

Toujours en phase de recherche, le projet s’intitule « Incendie », basé sur le cas de l’incendie qui, en 2018, a frappé le Musée national de Rio de Janeiro, où « le trésor de la nation était situé ».

« C’était comme si la Torre do Tombo, le Musée national d’art ancien, le Palais national d’Ajuda et les musées d’Archéologie et d’Ethnologie brûlaient en même temps au Portugal », a-t-il comparé.

À partir de cet épisode, et d’autres incendies qui ont touché des bâtiments et du patrimoine culturel au Brésil, Tréfaut veut réfléchir sur l’identité du pays et sur la manière dont il a traité, au sens large, son patrimoine historique, dont la culture indigène et amazonienne.

SS // MAG