A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le harcèlement, qui est célébrée aujourd’hui, la Sûreté Publique met en garde contre ce phénomène, notamment en milieu scolaire, et mène une opération de sensibilisation dans les écoles des premier, deuxième et troisième cycles jusqu’au 29.

Dans un communiqué, le PSP indique que, depuis l’année scolaire 2013/2014, il a enregistré « une tendance à la baisse, tant du nombre total que de la gravité des faits criminels et non criminels signalés en milieu scolaire ».

Selon la Sûreté publique, « cette tendance à la baisse est plus accentuée dans les signalements d’agressions physiques, avec une augmentation des blessures et des menaces ».

Le PSP ajoute que la tendance à la baisse des situations de harcèlement « semble révéler que les victimes et la communauté réagissent plus tôt à ce phénomène, avec moins de situations qui atteignent le point de l’agression physique sans connaissance et intervention des institutions ».

Dans le communiqué, la Sûreté publique rapporte que l’opération « Le harcèlement est pour les faibles », qui a débuté lundi, a lieu à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le harcèlement et concerne les enfants et les jeunes de 6 à 15 ans.

La PSP souligne également qu’elle a été, depuis la rentrée, « particulièrement attentive à la manière dont reprennent à la fois les contacts interpersonnels et les dynamiques de socialisation entre enfants et jeunes en milieu scolaire » après le confinement pour cause de la pandémie.

Selon le PSP, l’absence prolongée d’interaction en face à face peut avoir contribué à une diminution des « compétences de socialisation et, par conséquent, à améliorer les comportements d’intimidation ou de cyberintimidation ».

Le PSP renforce l’information et la sensibilisation de la communauté dans le but « d’accroître les connaissances sur ce phénomène », « d’augmenter le sentiment d’intolérance et de rejet envers les pratiques de harcèlement », d’accroître la confiance dans les capacités de la police « à intervenir et à traiter efficacement le problème » et « promouvoir l’attention des parents, des éducateurs et d’autres témoins » pour accroître la confiance dans le signalement aux policiers de l’Escola Segura comme moyen de déclencher la résolution de ce problème.

CMP // JMR

Le contenu PSP enregistre une « tendance à la baisse » des situations d’intimidation dans les écoles qui apparaît d’abord à Visão.