1-1-e1669908198824-png
le-psd-ne-se-soucie-pas-que-le-gouvernement-vienne

Le PSD ne se soucie pas que le gouvernement « vienne en remorque » de ses mesures d’urgence sociale

« Quand le PS et le gouvernement suivent le PSD, ils sont sur la bonne voie », a déclaré Luís Montenegro aux journalistes, lors d’une visite à AgroSemana – Feira Agrícola do Norte, à Póvoa de Varzim, dans le district de Porto.

Le social-démocrate a rappelé que, depuis avril, il a alerté le gouvernement sur la nécessité de créer des mesures d’accompagnement social capables de surmonter les difficultés qui s’abattent sur la vie des gens, telles que l’augmentation des prix des denrées alimentaires, du gaz, des carburants et de l’électricité. .

« Mais malheureusement, jusqu’à présent, nous avons eu un gouvernement avec une grande insensibilité sociale poussant toujours les choses en avant et laissant la présentation de certaines mesures jusqu’à la fin de l’année, dont nous attendons toujours de savoir ce qu’elles sont », a-t-il souligné.

Le jour où le PSD a présenté son programme d’urgence sociale d’une valeur d’environ 1,5 milliard d’euros, l’une des mesures proposées étant la réduction de la TVA sur l’énergie au taux minimum (6%), Luís Montenegro a souligné que l’objectif est que les familles les plus touchées puissent bénéficier d’un certain soutien de l’État pour pouvoir faire face à leurs difficultés quotidiennes.

« Nous avons pris l’initiative de proposer cela au pays et nous nous moquons bien que le Parti socialiste et le gouvernement viennent à la remorque du PSD », a-t-il dit.

Le social-démocrate a assumé qu’il ressentait le besoin de mettre en œuvre le plan de soutien aux familles, aux entreprises et aux institutions en fonction des évolutions budgétaires.

Luís Montenegro a soutenu que le PSD ne contribue pas à aggraver le déficit public car il ne profite pas de l’excédent d’impôts prélevés sur les particuliers, les familles et les entreprises.

« On parle d’un excédent par rapport à ce qui était déjà plus important en termes de collecte de recettes par rapport à l’année précédente. On parle d’un excédent budgétaire », a-t-il précisé.

Plus précisément sur la réduction du taux de TVA sur l’électricité, le gaz et les carburants à 6%, le président du PSD a rappelé que, jusqu’à récemment, le gouvernement PS disait toujours que ce n’était pas possible en raison des contraintes européennes.

Le Monténégro a toutefois estimé que « inexplicablement dans toute l’Europe », tous les gouvernements ont, ces derniers mois, pris précisément cette mesure.

L’Union européenne ne met aucun obstacle à ce que les pays puissent réduire le taux de TVA sur les produits énergétiques, une « excuse » que le gouvernement utilisait pour ne pas le faire, a-t-il conclu.

SVF // JPS

Articles récents