L’ancien président de la République, Aníbal Cavaco Silva, a défendu ce vendredi que le PSD doit faire une opposition systématique au PS, dénonçant les « attitudes répréhensibles » des socialistes, sans se soucier du « leadership des autres partis ».

Dans une interview à CNN Portugal, qui sera diffusée vendredi soir, menée par la journaliste Maria João Avillez, l’ancien chef d’État social-démocrate a défendu que le PSD « doit être très clair dans l’identification de l’opposant politique : le PS et votre gouvernement ”.

« Ce que je pense de l’avenir du PSD, c’est qu’il doit s’adresser à tous ces électeurs qui ne sont pas satisfaits de la façon de gouverner du PS. A tous : ceux qui ont voté pour le PCP, ceux qui ont voté pour Chega, l’Initiative libérale et même ceux qui ont voté pour le PS. A travers des politiques alternatives, à travers des idées nouvelles et différentes et en gagnant en crédibilité pour que les Portugais soient convaincus qu’ils peuvent faire plus et mieux », a-t-il estimé.

Pour Cavaco Silva, « le PSD devrait s’adresser à tous ceux qui ne sont pas satisfaits du PS et ne pas trop se soucier de la direction des autres partis, sauf celle du PS ».

Selon l’ancien président des sociaux-démocrates, « amener ceux qui ont fini par s’éloigner du PSD de voter pour d’autres partis » on ne peut pas critiquer ces électeurs.

« Ce n’est pas en insinuant qu’ils ont été moins intelligents en votant pour tel ou tel parti. Non, je pense que le PSD doit respecter tous les électeurs, les laisser voter comme ils le font et ensuite essayer de les convaincre par les politiques qu’ils proposent, par les idées qu’ils défendent, et surtout, en dénonçant les erreurs, les omissions, les attitudes éthiquement répréhensibles des le PS », a-t-il dit.

Interrogé sur ces attitudes, Cavaco Silva a évoqué la polémique autour de la nomination de l’amiral Gouveia e Melo au poste de chef d’état-major de la Marine, « la destitution du procureur général de la République » ou encore le choix du procureur européen, José Guerra.

« Même en quelque sorte aller à l’encontre des règles normales d’une démocratie et de l’État de droit et c’est au PSD en ce moment de dénoncer tout cela. Quant à moi, je n’ai passé beaucoup de temps avec aucun des autres partis, chacun suit son propre chemin », a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, Cavaco Silva préconise une opposition systématique du PSD au PS, mais en « adversaire politique et non en ennemi ».

« Le PS est un grand parti et le PSD doit avoir des contacts avec le PS sur certains sujets comme la défense nationale, la politique étrangère, l’Union européenne, ce sont des sujets dans lesquels les deux grands partis doivent avoir un contact permanent. Mais par rapport au reste, le PSD doit être très clair dans l’identification de son adversaire politique : c’est celui-là, ce ne sont pas les autres partis », a-t-il souligné.