1-1-e1669908198824-png

Le PSD dit que la demande de report montre que Costa « n’a pas bonne conscience »

Le leader parlementaire du PSD a déclaré aujourd’hui que la demande d’António Costa pour plus de temps pour répondre aux questions des sociaux-démocrates montre que le Premier ministre « n’a pas bonne conscience » concernant son rôle à la Banco de Portugal et à Banif.

«Le gouvernement, qui chaque semaine est empêtré dans des affaires et des gâchis – et maintenant dans une énième situation grave avec le secrétaire d’État au Trésor – est en fait sans orientation, sans direction. Et Dr. António Costa montre, avec ce report, qu’il n’a pas bonne conscience quant à ses actions à l’égard de Banco de Portugal et de Banif », a déclaré Joaquim Miranda Sarmento à Lusa.

Le Premier ministre a demandé une prolongation du délai initial de 30 jours pour répondre aux questions du PSD, envoyées le 23 novembre, sur une éventuelle ingérence politique du gouvernement dans le Banco de Portugal et Banif, selon un document auquel Lusa a eu accès aujourd’hui.

En réaction à cette demande, Miranda Sarmento a noté qu’António Costa « a été très rapide pour annoncer qu’il allait porter plainte contre l’ancien gouverneur du Banco de Portugal et est désormais très lent à répondre aux éclaircissements que le pays et l’Assemblée de la République exigent ».

« C’était le Dr. António Costa et le PS qui ont dit que la réponse serait rapide et éclairante. Rapide ne sera plus, nous espérons qu’il sera éclairant sur les interférences du dr. António Costa avec la Banque du Portugal, à la fois par rapport à Isabel Santos et, plus sérieusement, par rapport au processus de vente et de résolution de Banif », a-t-il souligné, d’autre part.

Interrogé pour savoir si le PSD ne considère pas valable la justification présentée par le Premier ministre – que la collecte d’informations est toujours en cours -, le leader parlementaire du PSD a souligné qu’António Costa disposait d’un délai statutaire de 30 jours et « toutes les ressources du Gouvernement et votre bureau » disponible.

Interrogée sur la disponibilité du PSD pour attendre – le règlement du Parlement n’impose pas de nouveau délai en cas de demande de prolongation -, Miranda Sarmento a souligné qu' »il y a du bon sens », espérant qu’il ne faut plus attendre longtemps plus long.

« Nous maintenons ce que nous avons dit depuis le début : nous attendons les réponses pour décider de la prochaine étape que nous allons franchir et nous n’abdiquons aucune figure du Régiment, mais nous voulons d’abord connaître les réponses », a déclaré Miranda Sarmento, qui , il y a environ un mois, n’excluait pas la possibilité pour le parti de procéder à une enquête parlementaire si les éclaircissements ne suffisaient pas.

Le 23 novembre, le groupe parlementaire PSD a posé 12 questions au Premier ministre pour clarifier les déclarations de l’ancien gouverneur du Banco de Portugal, Carlos Costa, à la fois sur la résolution Banif et sur la destitution de la femme d’affaires Isabel dos Santos du BIC.

Le Règlement intérieur de l’Assemblée de la République précise que « le Gouvernement et l’Administration publique doivent répondre avec l’urgence que la question justifie, et la réponse ne doit pas excéder 30 jours ».

« Chaque fois que le gouvernement ou l’administration publique ne peuvent pas répondre dans le délai imparti, ils doivent communiquer ce fait par écrit au président de l’Assemblée, en présentant les raisons respectives également par écrit », ajoute-t-il.

La lettre à laquelle Lusa a eu accès aujourd’hui, datée du 23 décembre (dernier jour du délai légal de réponse), a été envoyée du cabinet du ministre des Affaires parlementaires à celui du président de l’Assemblée de la République.

« Le vice-ministre des Affaires parlementaires m’instruit de demander, selon les informations de la Primature, une prolongation du délai pour répondre à la question n° , présentée par le groupe parlementaire PSD », indique le document.

Dans le même texte, la demande est justifiée car « la collecte d’informations pour y répondre est toujours en cours, ce qui est un peu complexe car il concerne des événements survenus il y a plus de 6 ans ».

Articles récents