« Le groupe parlementaire PSD déposera immédiatement une demande de convocation du ministre de l’Intérieur [José Luis Carneiro] au parlement, non seulement pour partager avec les parlementaires les causes qui sont liées à cet épisode et à d’autres, mais surtout pour laisser une garantie aux Portugais que ces phénomènes ne se reproduiront pas », a déclaré le vice-président du PSD, Paulo Cunha.

Lors d’une conférence de presse au siège du district PSD/Porto, Paulo Cunha a souligné que le parti était « préoccupé », principalement parce que la suspension temporaire du service au 9e commissariat de police du PSP à Porto, dans le quartier de l’Infante, est, de la même manière que l’extinction du Service des étrangers et des frontières (SEF), « un autre épisode » qui contribue à la perception portugaise de l’insécurité.

« Des épisodes comme ceux de ces derniers temps exacerbent le sentiment d’insécurité », a-t-il observé, affirmant qu’il s’agit d’un autre « épisode regrettable » qui mérite la désapprobation du PSD.

Pour Paulo Cunha, la suspension temporaire de l’effectif de Porto reflète la « formidable insensibilité » et le « manque d’humilité » du gouvernement par rapport à la sécurité intérieure du pays.

« Il faut faire preuve d’un peu plus d’humilité et reconnaître que le gouvernement a échoué, comme il a malheureusement échoué dans d’autres situations », a-t-il noté, reprochant également au gouvernement de « désinvestir » dans ce secteur.

Rappelant que le gouvernement est au pouvoir depuis « sept ans et pas seulement une demi-douzaine de jours », le vice-président des sociaux-démocrates a également souligné la « casuistique » et « l’incoordination » des gouvernants.

« Le gouvernement prétend qu’il est proche des municipalités, qu’il les écoute avant de prendre une décision et n’a pas été en mesure d’informer le maire de Porto, constatant la situation », a déploré Paulo Cunha.

Interrogé par des journalistes sur les propositions que la nouvelle direction du PSD a présentées pour résoudre certains des problèmes de sécurité intérieure, tels que le manque d’effectifs, le vice-président du PSD a souligné que le parti faisait les « premiers pas » dans leur création, arguant que c’était une « question de plus en plus vaste ».

« Ce qui gouverne le Portugal, c’est le PS, qui est chargé de présenter des solutions. Les Portugais ne voulaient pas que le PSD gouverne », a-t-il dit, garantissant toutefois que si c’était le PSD qui gouvernait le pays « il ne serait pas dans cette situation » et le parti « ne laisserait pas traîner tout ça ».

Paulo Cunha a également accusé le gouvernement d' »autisme » pour « simplifier ce qui est complexe et banaliser ce qui est pertinent ».

« Ce gouvernement a été négligent et irresponsable dans la façon dont il a traité cette affaire », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Administration interne a précisé aujourd’hui que le commissariat de la PSP au centre-ville de Porto a temporairement suspendu son service et que cette décision « d’ajuster les heures » d’ouverture « n’est pas la première fois que cela se produit » dans le pays.

« Le poste de police n’a pas été fermé, il a suspendu la fermeture jusqu’à 16h00 dans l’après-midi », a déclaré José Luis Carneiro aux journalistes à l’issue d’une réunion avec la direction nationale de la police de sécurité publique au commandement métropolitain de Lisbonne pour analyser le gestion du personnel et des infrastructures policières.

SPYC // SF