« Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu la ville aussi sale », a déclaré la conseillère PS Inês Drummond, évoquant que, malgré les difficultés enregistrées par le passé, le problème « est sérieux », « ce n’est pas un problème ponctuel ». » et « commence à faire devenir plus structurel ».

Lors de la réunion publique de la Chambre de Lisbonne, le socialiste a critiqué les récentes déclarations du social-démocrate Carlos Moedas sur les problèmes d’hygiène urbaine, demandant notamment l’engagement de tous, des syndicats ouvriers aux conseils paroissiaux de la ville.

Pour Inês Drummond, la position du maire PSD est de « revenir à la victimisation et de tenir les tiers responsables » en se déclarant « irresponsable » et « illusionniste » dans la prise de responsabilités.

Inês Drummond a déclaré qu’en 2019, lorsque le PS présidait l’exécutif, la municipalité avait « moins de véhicules et moins de travailleurs » dans le domaine de l’hygiène urbaine et la ville produisait plus de déchets, indiquant que cette année-là, jusqu’en juin, 164 000 tonnes ont été collectées de déchets urbains, alors que jusqu’en juin de cette année 148 000 tonnes ont été collectées.

L’édile PS a accusé la direction du PSD/CDS-PP de « manque de planification et d’organisation », car « en hygiène urbaine il n’y a pas de mesures ‘sexy’ à mettre sur les réseaux sociaux », assurant le soutien des socialistes pour embaucher plus travailleurs de ce quartier et appelant le maire à « se concentrer sur les problèmes de la ville au lieu de trouver des excuses ».

Les conseillères de BE, Beatriz Gomes Dias, de Livre, Rui Tavares, et l’élue indépendante de la coalition PS/Livre, Paula Marques, se sont également interrogées sur la situation des ordures dans la ville.

En réponse, Carlos Moedas n’était pas d’accord avec l’intervention de l’édile PS, a déclaré que le problème de la collecte des ordures « existe depuis longtemps » dans la ville, a réitéré qu’il ne peut être résolu que si tout le monde travaille « ensemble ».

Le maire a également assuré qu’en tant que maire, il « fait de son mieux pour régler la situation », notamment en versant 18 millions d’euros aux conseils paroissiaux.

« En ce moment, jusqu’au 18 juillet, 63 pêcheurs ont rejoint, au 1er août, 87 ont rejoint, jusqu’au 1er septembre, 29, puis 11 courant septembre », a révélé le maire, évoquant l’embauche de 190 travailleurs à la zone. de l’hygiène urbaine, dont 160 nouveaux ouvriers routiers et 30 autres conducteurs de véhicules.

Le social-démocrate a souligné «l’effort de chacun» pour résoudre le problème et a indiqué qu’il était nécessaire de revoir l’organisation structurelle dans le domaine de l’hygiène urbaine, car les citoyens ne comprennent pas «qui fait quoi», si ce sont les articulations. des paroisses ou s’il s’agit du conseil municipal, prônant la création d’équipes pour travailler ensemble.

Carlos Moedas a souligné que le conseil donne plus de moyens et de conditions aux travailleurs de l’hygiène urbaine, comme la subvention insalubre, pour renforcer le rôle qu’ils jouent dans la ville et pour répondre à la situation des ordures, dans laquelle l’engagement des syndicats et des paroisses , estimant que la résolution est « en bonne voie ».

Les conseillers de BE et de Livre ont également interrogé la direction du PSD/CDS-PP sur le retard dans le paiement des salaires des quelque 10 000 travailleurs de la commune, qui ce mois-ci n’ont pas reçu le 25, comme d’habitude, et ont reçu le lendemain. .

Selon le maire, ce retard était dû à une « erreur technique » qui a été « immédiatement » résolue et ce qui s’est passé est en cours d’analyse, car « cela ne s’était jamais produit ».

Le président de l’exécutif municipal a renforcé qu’« il n’y a rien de politique » dans le retard enregistré dans le paiement des salaires, a supposé qu’« il s’agit d’un manquement très grave » et a indiqué que la municipalité est disponible pour rembourser les travailleurs qui démontrent qu’ils ont été lésé, par exemple. , qui avait une dette envers la banque qui devait être payée ce jour-là, qui « peut recevoir la différence » du montant facturé en raison du retard.

SSM // MCL