« Ce qui s’est passé avec le nouvel aéroport n’est pas un incident, ce n’est pas un épisode. C’est le symptôme d’une gouvernance qui est en fin de cycle », a déclaré Nuno Melo, lors de la clôture de la séance « CDS-PP 48 ans d’histoire / Un parti d’avenir », après le congrès statutaire du parti , qui a eu lieu aujourd’hui à Aveiro. .

Dans un bilan de 100 jours de gouvernance, Nuno Melo a commencé par dire que l’exécutif dirigé par António Costa semble « vieux, usé, principalement divisé », ajoutant que, selon lui, « le Portugal ne peut pas supporter mille jours d’un gouvernement comme ce ».

Evoquant la polémique entre le Premier ministre António Costa et le ministre Pedro Nuno Santos, à propos du nouvel aéroport, le chef des centristes a déclaré qu’il n’était pas acceptable qu’un « travail d’infrastructure du régime » ait été utilisé pour « régler un différend au sein de du PS ».

« Il n’est pas normal qu’un jour un ministre se réveille et décide que des millions d’une œuvre seront investis dans un site de sa récréation, sans articuler la décision avec le premier ministre (…) Il n’est pas normal que dans une démocratie, le le premier ministre humilie le ministre, révoque l’ordre, pour le maintenir au gouvernement le lendemain. C’est moins normal qu’un Premier ministre le fasse parce qu’il a peur du ministre », a déclaré Nuno Melo, précisant que si le CDS était au gouvernement, le nouvel aéroport serait ouvert en 2023.

Dans son allocution, Nuno Melo a également critiqué le manque de préparation de la saison des feux de forêt, notant que le gouvernement a annoncé l’acquisition de deux avions Canadair, alors que le Portugal brûle.

« Cela ne s’est pas produit en hiver, alors qu’il est censé préparer la saison des incendies pour que de mauvaises choses n’arrivent pas. Il est annoncé en plein été, avec le Portugal en feu, alors que les avions ne sont pas là. Il n’y a pas plus socialiste que cela », a-t-il déclaré.

En interne, il a déclaré que le CDS-PP est « vivant, fort et prêt à aller aux urnes », annonçant que, comme premier acte politique des instances issues de ce congrès, il demandera à Miguel Morais Leitão et António Lobo Xavier de, avec des personnalités du parti, préparer la base du nouveau programme du parti, qui sera discuté et voté lors d’un conseil national qui se tiendra dans les six mois.

Peu de temps auparavant, le dernier leader parlementaire du CDS-PP, Telmo Correia, avait vécu l’un des moments les plus émouvants de la journée, lorsqu’il a remis à Nuno Melo le drapeau du parti qui faisait partie du cabinet de tous les présidents du groupe parlementaire centriste. .

« Notre objectif doit être de mettre ce drapeau dans le cœur des Portugais, de le garder dans le cœur des Portugais afin que nous puissions le hisser et le hisser à nouveau à l’Assemblée de la République, où nous appartenons et où nous allons doivent s’asseoir », a déclaré Telmo. Ceinture.

La session, qui comprenait l’intervention d’autres notables du CDS-PP, tels que Cecília Meireles, Pedro Mota Soares et Paulo Núncio, a eu lieu cet après-midi, après le 30e congrès du CDS-PP, qui a approuvé à une majorité significative la proposition de modification des statuts souscrite par Nuno Melo.

L’extinction des courants internes en tant que figure statutaire était l’une des propositions défendues par le président du parti, Nuno Melo, qui considère que l’efficacité de cet instrument « n’est nulle », puisqu’il n’en existe qu’une, la TEM, Tendência Esperança em Movimento.

L’un des objectifs des modifications statutaires proposées par le conseil sera « d’ouvrir le parti aux indépendants » et de valoriser « certains des principaux actifs » du CDS-PP.

Avec les modifications statutaires approuvées aujourd’hui, de nouveaux organes statutaires sont créés au sein du parti, tels qu’un Bureau des relations internationales, un Bureau de communication – afin de professionnaliser et de moderniser ce domaine – et un Bureau d’appui stratégique et programmatique, avec des domaines sectoriels spécifiques.

Le président du CDS-PP a déclaré dans son discours d’ouverture qu’il inviterait António Lobo Xavier et Miguel Morais Leitão au Bureau d’appui stratégique et programmatique, Luís Queiró au Bureau des relations internationales et Maria Luísa Aldim au Bureau de la communication.

JDN // LCA