Ce mardi, le président de la République a demandé aux Portugais de l’étranger de voter aux élections nationales, dans un discours devant des représentants de la communauté portugaise d’Andorre dans lequel il a souligné que politiquement il ne serait candidat à rien d’autre.

Marcelo Rebelo de Sousa, installé le 9 mars pour un deuxième et dernier mandat à la présidence de la République, s’est exprimé lors du premier point de son programme officiel de deux jours en Andorre, avant de participer au XXVII Sommet ibéro-américain avec le Premier ministre , António Costa, et avec le ministre d’État et des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva.

Dans son discours, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré qu’en raison de la pandémie de covid-19, il avait choisi de reporter tous les voyages à l’étranger, mais que dans le cas d’Andorre, lui et le Premier ministre ne pouvaient pas suivre ce critère et être présent.

«Nous devions être avec notre peuple», a-t-il déclaré dans un discours qui a fait l’éloge du rôle joué par la communauté portugaise en Andorre.

Une communauté qui est la deuxième plus grande étrangère de la principauté – composée d’environ 10 500 personnes – juste après les Espagnols, et qui représente environ 14% de la population totale. Les Portugais d’Andorre sont principalement originaires du nord du Portugal et se consacrent principalement au commerce, à la construction et à l’hôtellerie.

Comme António Costa l’avait déjà fait lors de cette même session, le chef de l’Etat a souligné que les résidents portugais en dehors de son pays ont désormais davantage de droits politiques pour participer à la vie nationale.

«Nous travaillons dans le domaine consulaire, maintenant par des moyens numériques. Et nous renforçons les relations en termes de participation électorale. Maintenant que je suis insoupçonné, parce que je ne suis plus candidat à rien, à aucune autre élection, je suis très à l’aise de vous appeler à voter même », a-t-il déclaré.

Le Président de la République a souligné que, sur le plan politique, cette augmentation des droits de participation des Portugais à l’étranger «a été une longue lutte pour le droit de vote».

«Nous verrons comment étudier cela pour faciliter le vote, mais ici, en Andorre, ce n’est pas très difficile, car il n’y a pas de grandes distances pour aller voter. Ici, c’est juste à côté de la maison. Profitez de cette opportunité », a insisté le chef de l’Etat.

Outre le conseiller José Manuel Gonçalves, huit membres d’associations et de groupes portugais, 12 hommes d’affaires et professionnels, quatre des secteurs de l’éducation, de la culture et de la communication sociale (4), quatre descendants portugais ont été élus dans les conseils locaux, en plus de le conseiller José Manuel Gonçalves et trois du consulat honoraire du Portugal en Andorre.