Plus tôt cette semaine, Chega a déposé un projet de loi au parlement qui prévoyait une augmentation des peines de prison pour les crimes de meurtre « de censure spéciale ou de perversité », prévoyant un minimum de 25 ans et un maximum de 65 ans.

Dans l’arrêté qui dicte la non-admission de ce projet de loi (et qui a été communiqué aux journalistes par Chega), le président de l’Assemblée de la République considère que « cette initiative s’apparente » au projet du même parti qui entendait introduire l’emprisonnement à perpétuité dans le Code pénal. Portugais dans certains types d’homicide, et qui n’avaient pas été admis auparavant.

Augusto Santos Silva soutient qu’une peine maximale de 65 ans « se traduit, en pratique, par une peine à caractère perpétuel (compromettant d’ailleurs tout objectif de réinsertion sociale après l’exécution de la peine) », puisque « l’âge de la responsabilité pénale est 16 ans et l’espérance de vie moyenne au Portugal est d’environ 80 ans ».

Le président de l’Assemblée de la République conclut que ce projet de loi Enough « contredit clairement et manifestement les dispositions de la Constitution » car il ouvre la porte « à l’existence, en pratique, d’une peine perpétuelle » et « atteint de forme manifeste le principe précité ». de nécessité et de proportionnalité ».

« Il serait difficile de comprendre si une initiative législative était considérée comme irrecevable parce qu’elle prévoit la possibilité d’une sanction perpétuelle, pour admettre, une semaine plus tard, une initiative similaire avec le même effet pratique pérenne, dont la portée objective est, par un simple artifice, , contourner la non-admission » du projet de loi par la réclusion à perpétuité.

Au début de la session plénière d’aujourd’hui, le président de Chega a protesté contre la décision du président du parlement, notant que c’est « la troisième fois en quelques semaines seulement » que le parti voit une initiative de sa part rejetée.

« Assez changé la version de la loi pour répondre aux inquiétudes dont le président de l’Assemblée de la République avait fait preuve », a soutenu le député, défendant que « les sanctions n’ont rien à voir avec l’espérance de vie moyenne ».

André Ventura a soutenu que « ce pouvoir ainsi exercé nuit à la démocratie, alimente la censure et ne permet pas de débattre en plénière des propositions qui devraient être débattues démocratiquement par le parlement et auxquelles s’oppose le veto non démocratique du président de l’Assemblée de la République ».

Le député a également déclaré qu’il avait fait appel de la décision et que, si elle n’est pas annulée, Chega admettra de faire appel devant la Cour constitutionnelle.

Dans sa réponse, le président de l’Assemblée de la République a qualifié la protestation de Ventura d' »intempestive » – ​​justifiant que « tout se passe normalement, il n’y a aucune raison de protester » – et a précisé que l’appel sera transmis « à la première commission puis il sera prévu pour la prochaine session plénière éventuelle d’examiner l’appel présenté par Chega, et ce sera à la plénière de déterminer « si le projet de loi » doit être admis ou non ».

« Votre protestation d’aujourd’hui est inopportune car tous les droits régimentaires dont vous disposez sont dûment garantis. Je n’ai opposé ni veto ni veto à rien, j’exerce mes pouvoirs et responsabilités dans les termes que j’ai annoncés dans mon discours inaugural et parmi ces devoirs, l’un des principaux, est de veiller à ce que l’Assemblée de la République ne discute pas de propositions manifestement inconstitutionnelles » , a-t-il souligné, défendant que les trois projets avaient été rejetés pour « violations manifestes et flagrantes de la Constitution ».

FM/JF // LCA